Clin d'Œil (tome 3) : Troisième Clin d'Œil



À PROPOS DE L'AUTEUR
Serge Ernst
Auteur et illustrateur de Clin d'Œil (tome 3) : Troisième Clin d'Œil
Né le 13 février 1954 à Thimister, Serge Ernst suit les cours de dessin, de gravure, d'illustration et de publicité de l'Institut Saint-Luc à Liège, où il retournera en tant que professeur d'illustration. Une belle expérience qui durera un an. Ses heureuses rencontres avec Didier Comès et François Walthéry le poussent à s'essayer dans la bande dessinée et le cartoon. En mai 1975, le journal Tintin lui commande ses premiers "Clin d'Œil" qui paraîtront chaque semaine pendant 15 ans. Neuf albums seront consacrés de 1981 à 1989 par les Éditions du Lombard à ces grandes compositions toujours surprenantes et savoureuses. Ernst commence parallèlement à se diriger vers la BD humoristique avec "Les Égarés" (1977), "William Lapoire" (1978), "Les Cases de l'Oncle Ernst" (1983). En 1990, aux Éditions de la Sablière à Paris, il publie "Ciel, Mon Paris !", préfacé par Christophe Dechavanne, et en 1991, "L'Europe en Douce". En 1991, c'est le changement de cap : il entre aux Éditions Dupuis où il crée "Les Zappeurs" qui paraissent régulièrement dans le journal de SPIROU pour une publication en albums en 1994. Depuis le tome 8, "Zappez manège", il collabore avec le scénariste Janssens pour parodier toujours de plus près l'univers cathodique de ses héros préférés. Vivant désormais en France, Ernst a le bon goût de venir visiter chaque année à l'approche de Noël la Rédaction du journal (et ses proches) en leur apportant quelques fines bouteilles et spécialités gastronomiques de sa région. Sources : Dupuis

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Clin d'Œil (tome 3) : Troisième Clin d'Œil"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les Saisons de la vie : Accordailles (tome 1)

Si filles et garçons se côtoient parfois jusqu'à l'âge du catéchisme, après, c'est le gouffre ; le gynécée d'une part, l'atelier ou le chantier d'autre part. Quand ils sont en droit de se revoir, ils sont devenus des étrangers parfaits ; la gamine à qui on crêpait le chignon à la sortie…

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…