Celui qui pourrissait


RÉSUMÉ
Que le fantastique soit aussi une disposition d'esprit, un regard privilégié porté sur les hommes et les choses, ce recueil de neuf contes nous le montre avec éclat. Il y a ici certes des déchirures brutales, d'horribles moments, des lueurs d'épouvante, de curieux dédoublements et d'incroyables méprises, mais aussi une quête passionnée de l'identité, une interrogation lancinante sur la difficulté d'être et de vivre — sur les foudroyantes incertitudes de la vie et de la mort. Avec Jean-Pierre Bours, le fantastique est bien ainsi la voix d'un désarroi panique. Davantage : le chant désespéré d'une blessure.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Celui qui pourrissait"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Au diable!

Une bonne exclamation, bien vigoureuse, ne peut que susciter une réaction, émotion ou humeur. Celle-ci qui titre…

La gondole de l'Orient Express

Dans certaines vies, il suffit d'un moment, d'une rencontre, pour que tout…

Au bout du conte

"Sachez que je serai le plus heureux des hommes lorsque je verrai cette lueur toute particulière…