Cabotage


RÉSUMÉ
L’été à peine commencé et déjà brûlant… Lassés des langueurs des mouillages, nous avons repris le large, naviguer nous soulage malgré la faiblesse du vent. Même en pleine mer, la chaleur accablante n’autorise que des gestes lents, l’effort nous coûte. L’inconfort de la navigation s’estompe peu à peu. Les voiles bientôt au repos nous réduisent au silence et à la contemplation. L’eau turquoise diffuse une moiteur agréable et bienfaisante. La côte sicilienne se perd dans la brume tandis qu’au loin des sommets secs s’élèvent dans une pâleur immobile. Je savoure l’amplitude du présent dans cet éblouissement. Je m’abreuve de cette vastitude et remplis mon corps de ces eaux paisibles, en parfait accord avec ce qui m’entoure. Tout semble immuable. Comme j’aimerais te ramener ce sentiment de plénitude qu’aucun mot ne peut décrire à sa juste mesure. Puisses-tu puiser dans ces quelques lignes la quiétude d’un instant parfait.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Dans son avant-lire, Anne-Marielle Wilwerth se demande comment nommer les textes rassemblés dans le livre que nous tenons entre nos mains. « Escales de vie ? Marées de mémoire ? » Par ce questionnement, elle pose une entrée en matière en juste résonance avec les proses de l’auteure, sa comparse de plume et de pinceau Catherine Berael. Cabotage, tel est le titre qui nous achemine de récit en récit, nous laissant apercevoir des paysages humides d’embrun, des plages ensablées de mystères imperceptibles, des horizons chargés d’hier et de demain ; « une palette d’atmosphères et de lieux, tous frères de la mer ».Le recueil de Berael se parcourt comme un carnet de voyage rehaussé de…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Cabotage"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L’angoisse de la première phrase

Recueil de quinze nouvelles qui traitent des drames…

Quand j'étais sumo

"Ces nouvelles ont été écrites sur quinze ans. Certaines sont…