Briser la pâte du vieux monde à Livresse


Le piquant festival de littératures du Vecteur, le  » Festval Livresse « , dans le paysage culturel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, s’autorise une mue et a accueilli la revue Papier Machine pour une résidence de deux mois, en octobre et décembre 2017. Une occasion de faire rebondir les mots entre Aldwin Raoul, cofondateur, et Yves Pagès (éd. Verticales et site archyves.net), éditeur et auteur invité de la soirée d’ouverture. 
Papier Machine est une revue de création à la façon d’une boîte d’allumettes : chaque contributeur s’y frotte au mot choisi pour l’édition en cours – jusqu’à présent Souffle, Trappe, Manche, Coin, Œuf et bientôt Tourniquet – et produit feu de tout bois ou petites étincelles troublantes, cajole sa discipline dans le sens de la syllabe ou s’amuse de moult décadrages possibles. Un goût du pas de côté partagé par Yves Pagès, féru des formes courtes – entre humour corrosif et pincement social – et maître…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:revue papier machine auteur mot texte résidence littérature idée humour volonté vie verticales sens politique moyen imaginaire façon fait catalogue - "Briser la pâte du vieux monde à Livresse"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Robert Vivier ou la religion de la vie

Genre : Essais littéraires Editeur : en coédition…

La vie tragique du lieutenant Lippens (1855 - 1892)

Georges-Henri Dumont s'attache à retracer la vie du lieutenant Lippens, jeune officier belge volontaire parti pour servir son pays en Afrique. L'auteur se base sur une correspondance très fournie que le lieutenant entretenait avec sa famille. Il fut avec le sous lieutenant de Bruyne un des principaux combattant contre l'esclavage.…

Lettres de Liège. Littérature wallonne, histoire et politique (1630-1870)

Genre : Essais littéraires Editeur : en coédition avec Le Cri Format : 16 X 24 cm Nombre de pages : 253 p. Date de publication : 2012 ISBN : 978-2-8710-6593-7 Prix : 21,00 € À propos du livre L’ouvrage entend saisir une image des lettres dialectales, en région liégeoise, à trois moments privilégiés de leur histoire. Des Dialogues de paysans offrent un tableau des misères de la guerre au XVIIe siècle. Inscrits dans le cadre de conflits internationaux, ils se lisent également sur la toile de fond de la politique communale, où s’affrontent Chiroux et Grignoux. Le « Théâtre liégeois » du XVIIIe siècle renvoie à la guerre de Sept Ans et au choc culturel, notamment linguistique, que représente le contact avec les troupes françaises. Enfin, on met en évidence combien le « renouveau dialectal » du milieu du XIXe siècle, illustré par la création de la Société liégeoise de Littérature wallonne en 1856, est préparé par une importante production politique opposant catholiques et libéraux francs-maçons. Cette littérature militante comporte une évocation de la ville mosane et des bouleversements urbanistiques contemporains à laquelle l’amateur pourra trouver le charme des photographies d’autrefois. La « poésie ouvrière » y promène le lecteur des alentours du vieux pont-des-Arches, avec la « nouvelle » tour de Saint-Pholien, vers l’ancien Collège communal, le Jardin Botanique, le marché aux fromages de la place…