Alter ego (Tome 7) : Ultimatum


RÉSUMÉ

Les révélations fracassantes qu’ont réunies Camille et Miep sur la nature de cette énigme n’ont pas encore éclaté au grand jour. Elles lancent un ultimatum Urasawa et à la milliardaire Grynson. Mais c’est sans compter sur le pouvoir financier et logistique dont dispose Urasawa, désormais lié, que cela lui plaise ou non, à Noah, le fils du président des USA… Lequel semble avoir perdu toute mesure, uniquement obsédé par le profit et le pouvoir que les découvertes de la U-Tech peuvent lui assurer. La confrontation est inévitable, et ce dernier opus de la première saison est aussi l’amorce d’une deuxième saison. Alter Ego n’a pas encore révélé tous ses secrets… Au fil des tomes, on a peu à peu découvert les secrets de chacun des protagonistes de la série, tous liés par une même énigme : le mystère des « Alter Ego », un lien vital qui unit toutes les personnes nées au même instant. Imaginez le pouvoir de ceux qui pourraient contrôler les Alter Ego de personnalités de premier plan !




AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Alter ego (Tome 7) : Ultimatum"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Avec Jean-Paul II, tome 2

Un pontificat hors du commun pour cet infatigable pèlerin de la Paix, porteur comme…

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…