Raymond Quinot   1920 - 2005†

PRÉSENTATION
Si l'on jouait à résumer un auteur et son œuvre au travers d'une seule de ses phrases, on découvrirait tout entier Raymond Quinot dans celle-ci : «Au XXe siècle, le poète ne prend plus son luth; le poète prend son saxophone.» À condition qu'il joue de son saxo à l'aube, dans un wagon rangé sur une voie oubliée près de Victoria Station, assis sur une valise de cuir, auprès de sa femme Suzanne et de ses vieux amis. À condition...Raymond Quinot naît le 12 février 1920 à Etterbeek-Bruxelles, de famille wallonne. En 1939, il est mobilisé pendant la «drôle de guerre». Après la Campagne des 18 jours, en mai 40, il passe un an de captivité en Allemagne. De retour en Belgique, il reste fidèle à sa commune natale où il entame une carrière administrative qui le conduira au poste de directeur de l'Instruction publique d'Etterbeek. Parallèlement, il mène une carrière d'homme de lettres. Entendons par là que, non content d'écrire et de publier plus d'une quarantaine de recueils de poèmes et d'essais, Raymond Quinot sert assidûment la «fraternité littéraire» en animant plusieurs sociétés d'écrivains. Ainsi il sera secrétaire-fondateur - puis président - des Jeunesses littéraires de Belgique (1944-1952), membre du comité du Journal des Poètes, des Biennales internationales de Poésie de Liège, du jury du Prix littéraire de la Communauté française de Belgique, du conseil d'administration de l'Association des Écrivains Belges et de l'Association des Écrivains Wallons; secrétaire général du Pen Club belge francophone et le président de la Fondation Charles Plisnier. Enfin, il a reçu le Prix Bouvier-Parvillez de l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises pour l'ensemble de son œuvre. Il est décédé le 16 mai 2005.

BIBLIOGRAPHIE