Marcel Broodthaers


PRÉSENTATION
Marcel Broodthaers est né à Saint-Gilles (Bruxelles) le 28 janvier 1924 et est mort à Cologne (Allemagne) le 28 janvier 1976. D’abord écrivain, poète et journaliste, mais aussi photographe et réalisateur de films, sa carrière d’artiste plasticien commence en 1964 par une exposition à la Galerie Saint-Laurent (Bruxelles) où il présente 50 exemplaires invendus de son recueil de poésie Pense-Bête scellés dans du plâtre. Cette œuvre symbolise son passage du textuel au monde de l’objet. Broodthaers ne cessera pourtant jamais d’être un poète. Il est fasciné par de grands auteurs comme Baudelaire, Mallarmé, Poe. Broodthaers est également très influencé par le peintre René Magritte qui joue dans ses tableaux avec le rapport existant entre l’objet, l’image qui le représente et le mot utilisé pour le désigner. Durant toute sa carrière, Marcel Broodthaers n’a cessé de questionner les liens entre l’œuvre d’art, le public et le monde muséal. Ses célèbres installations poétiques réalisées à partir de coquilles de moules et des coquilles d’œufs peuvent apparaître comme un questionnement de ce système (les coquilles sont vides, comme l’est le discours des critiques artistiques) mais également comme un jeu sur le langage (la coquille de moule est le moule de la moule). Ses réflexions sur la fonction des musées se poursuivent en fondant le Musée d’art Moderne – Département des Aigles (1968-1972), comprenant une douzaine de sections qu’il ouvre l’une après l’autre pendant quatre ans. Broodthaers pose la question suivante : un objet exposé dans un musée (même imaginaire) suffit-il à le transformer en œuvre d’art ? L’œuvre de Marcel Broodthaers est singulière, comme sa position dans l’histoire de l’art du 20e siècle. Broodthaers se situe cependant au carrefour de nombreux courants artistiques, et il serait réducteur de l’enfermer dans un courant en particulier.

BIBLIOGRAPHIE