Lucien NOULLEZ


PRÉSENTATION
S'il est né à Bruxelles, où il réside toujours, Lucien Noullez se plait cependant à rappeler son origine wallonne. Son année de naissance, 1957, lui a valu de figurer parmi les poètes que Liliane Wouters a regroupés sous l'étiquette de «Génération expo», laquelle rassemble notamment Francis Dannemark, Eric Brogniet, Philippe Mathy, Carl Norac, Carino Bucciarelli, etc.Les années de fin du secondaire et de régendat passées à l'Institut Saint-Thomas (Bruxelles), où il rencontrera sa future épouse, sont des années heureuses, fécondes, riches en rencontres. Une inlassable curiosité, un talent d'animateur, un don et un goût évidents de l'amitié s'y développent dans un climat encourageant et réellement ouvert.Après le service militaire qui lui permet de lire Proust, mais aussi de trouver à toute situation, même hostile, son intérêt et son potentiel de rencontres, Lucien Noullez réintègre l'enseignement en tant que professeur de religion en milieu populaire, métier qui l'occupe toujours mais qui connaîtra six ans d'interruption.De 1986 à 1992, Lucien Noullez travaille comme détaché pédagogique à la revue de critique littéraire Indications. Il avait auparavant participé à la fondation et aux premières années de la revue de littérature française de Belgique, Textyles.À Indications, la chance lui est donnée d'entamer sérieusement une carrière de critique, cependant qu'il assure auprès de nombreux publics de jeunes des animations littéraires et spirituelles diverses. Parallèlement à son métier d'enseignant, s'il avoue d'ailleurs souvent avoir deux métiers, Lucien Noullez poursuit un travail littéraire, double lui aussi, puisqu'il comprend, d'une part, l'écriture poétique et d'autre part la critique.

BIBLIOGRAPHIE


PRIX
  •   Prix Hubert Krains
  •   Prix de la Biennale Robert Goffin, 1993
  •   Prix Emile Polak de l'Académie Royale de Langue et de Littérature française de Belgique 1991
  •   Prix Casterman 1989
  •   Prix Maurice Carême 1997


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Comme pour mieux se rendre disponible à l’écriture, Lucien Noullez ouvre ce dernier recueil par un poème d’ordonnancement. Afin que tout puisse commencer à trembler, le poète range, chaque objet à sa place, des plus triviaux, les torchons, les balais, les lavettes, à ceux dont il usera pour faire acte poétique, le crayon (celui des acrobates[1] sans doute), les livres et les pièges de l’orthographe.Tout est ordonné, l’aventure du poème peut commencer. Avec plus de vingt ouvrages publiés, Lucien Noullez poursuit ici cette quête du presque tout, mais, comme souvent, tout est dans le presque. Une petite musique que le poète décline et cherche à capter dans les moments les plus anodins du quotidien. La musique, la lecture, la…