Fernand DESONAY

PRÉSENTATION
Fernand Desonay naît le 28 novembre 1899 à Stembert, qui n'est encore, à l'époque, qu'un gros village. Son père, qui lui donnera le goût de l'étude, de l'examen attentif des choses, est pharmacien. Il fait des humanités gréco-latines à Verviers, chez les jésuites.Pendant la première guerre mondiale, il entend les sabots des chevaux des uhlans résonner sur le pavé de sa rue. Il essaye à deux reprises de gagner la Hollande pour rejoindre l'armée belge. Capturé à la seconde tentative, il passe six mois en prison.Il fait ensuite des études de philologie romane à l'Université de Louvain et soutient, dès 1922, sa thèse de doctorat. L'érudition le tient pendant quelques années. Il passe un an en Italie (Florence et Rome), puis dans d'autres pays d'Europe; il enseigne aussi dans le secondaire. Un instant séduit par le clinquant du fascisme, il s'en déprend vite. Pendant la guerre, il fera partie de la Résistance.Chargé de cours à l'Université de Liège en 1929, il y devient professeur ordinaire en 1935. (Écarté de sa chaire pendant toute la guerre par l'occupant). Sur la fin de sa vie, il déclarait avoir connu une trentaine de promotions de romanistes.L'Académie de Belgique l'élit en 1950.Libéré de ses charges universitaires ) il fut aussi doyen de Faculté ), Fernand Desonay reprit ses voyages et s'occupa plus activement de ce qui le passionnait : il fut à Venise tout un automne, enseigna un semestre en Virginie (U.S.A.), défendit la Société européenne de Culture, s'intéressa, dans le sillage de Marcel Thiry, à la politique wallonne, parla dans la presse de livres, de films, fit des conférences.Les dernières années de sa vie, il les passe à Lavacherie, dans sa maison de campagne. Il disparaît le 10 décembre 1973, son corps retrouvé dans l'Ourthe.

BIBLIOGRAPHIE