Un héritage d’amour


RÉSUMÉ

À quelle rencontre de hasard, passade ou passion, voire à quel coup de foudre qui vous laisse le coeur en cendres, devons-nous notre venue en ce monde ?

Au printemps de 1996, en même temps qu’Agnès hérite de sa mère des pâturages de L’Estive, on y trouve le squelette d’un homme ayant, selon les premières analyses, trouvé la mort dans les années quarante, sans qu’on puisse encore trancher s’il s’agissait d’un accident ou d’un meurtre.

Tandis que des images de son enfance lui remontent à l’esprit comme de belles décalcomanies, Agnès découvre par le biais d’un lot de lettres la passion que sa mère a entretenue avec Leni, son seul amour, un soldat des forces d’occupation allemande. Une fille, Heide, serait née de cet amour interdit…

Au fil des lettres, des secrets d’une maison de poupées et du temps en tourbillon sur lui-même, Agnès, subjuguée, suit la métamorphose de sa mère qui, de jeune fille fière et réservée, se transforme en une créature sourdement exaltée, pratique et rusée, qui, à la libération, pour échapper aux représailles, à la mise au ban des femmes ayant fauté avec l’ennemi et à la traque des nazis en fuite, se réfugie à L’Estive avec son amant. Dans le même temps l’enquête liée à la découverte du squelette inconnu nous révèle que… mais n’en disons pas davantage, laissons au lecteur le plaisir de la découverte. Qu’est devenue Heide apparue comme au fond d’un miroir ?


À PROPOS DE L'AUTEUR
Myette Ronday
Auteur de Un héritage d’amour
Née à Liège sous le signe des Poissons, vit aujourd'hui dans le Lot, à Larnagol, au domaine d'Arnal. Pour la RTBF (télévision belge), elle a participé en 1982 aux scénarios et à l'interprétation des «Six histoires du plaisir d'exister» de Jean-Pierre Otte. Scénariste dans l'équipe de Marcel Jullian SFP-TF1, elle travaille en 1988-1989 sur plusieurs scénarios : «Les grandes carrières», «Paparoff»... Écrit en 1990 «La femme de l'auteur», pièce en un acte pour une comédienne, une contrebasse et une radio-cassettes. Cette pièce est créée la même année dans le cadre de la Décade littéraire de l'Atelier imaginaire dans le Midi-Pyrénées. Adaptatrice des textes d’Homère, Rabelais, Les Mille et Une Nuits, Poe, Melville, Gauguin, Tchekhov de «L’Île aux Voix». Spectacle mis en scène par Jean-Pierre Otte, créé à Bordeaux en 1992. Elle a été animatrice d'atelier d'écriture dans des universités espagnoles (Cacérés, Salamanqua, La Coruna...), en Pologne pour l'Alliance française, et en France pour l'association 'Regards croisés', sous le patronage du British Council.(A cessé cette activité d'animatrice aujourd'hui.) Romancière, elle est l'auteur de «Comment devenir une mante religieuse quand on a des réflexes de fourmi», «Madame Robinson» et «Le vélo de Berkowitz» (éditions Flammarion). Entre humeur et humour, elle travaille aujourd'hui à un nouveau roman : «Le baiser de l'ange» ou «Les morts sont devenus encombrants». 2 ŒUVRES QUE JE SOUHAITE FAIRE CONNAÎTRE André Baillon, Histoire d'une Marie John Fowles, La maîtresse du lieutenant français


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Un héritage d’amour. C’est le beau titre du dernier roman de Myette Ronday, bruissant de personnages tour à tour insolites et attachants ; brassant les époques des années 1940 à l’été 1996. Il vous réserve des surprises, des couleurs contrastées. Mais vous promet aussi des plages sensibles, aux résonances subtiles.Telle notre première rencontre avec Mathilde, l’une des figures marquantes. Mathilde se pressentait d’ici et d’ailleurs. De maintenant et d’avant. D’ensuite, peut -être ? Supposition prudemment contournée.La pensée l’effleurait qu’elle zigzaguait entre deux mondes. Tout entière ou en partie. Sans plus d’ancrage ni savoir quand et comment cette situation s’était établie. Aurait-elle pu, par inadvertance,…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Un héritage d’amour"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Salsa

Salsa , le dernier roman de Sylvie Godefroid , s’aligne sur Sophie, victime d’un AVC alors qu’elle rejoignait sa fille, Amandine, au café de la Presse à Bruxelles.À l’hôpital, tout le monde la croit dans le coma alors qu’elle est enfermée dans son corps (locked in syndrome). Consciente, elle s’adresse silencieusement à sa fille et lui annonce, notamment, la raison de leur rendez-vous ce matin-là : son intention de quitter la Belgique pour rejoindre son amant, Luis, à Cuba où elle compte s’installer définitivement. Au départ, quand on lit Salsa , on a le sentiment d’être immergé dans l’histoire de Sophie, quinquagénaire fatiguée de sa vie de bourgeoise, en quête d’un émoustillement du corps et des sens.Tout nous pousse à penser que Sophie profite de son état pour se confier à sa fille de 25 ans, lui retracer son parcours, revenir sur cette éducation rigide qui l’a longtemps corsetée.  Dis-leur que j’ai grandi comme une orchidée, j’ai poussé le long d’un tuteur qui m’a toujours maintenue dans l’axe de ce que les autres attendaient de moi. S’ils prenaient le temps de m’ausculter avec délicatesse, ils se rendraient compte que je suis une fleur qui surprend, étonne et qui, parfois, ravit. Dis-leur que je n’ai pas eu de chance avec les hommes. Je n’en ai d’ailleurs pas connu beaucoup ; ma mère m’avait toujours dit de m’en méfier. Mes robes, je les porte proches du corps, mais jamais moulées, un rien au-dessus du genou. Mon maquillage se propose discret. Je suis agréable à regarder mais jamais jolie. Je n’oserais pas.  Sauf qu’à y regarder de plus près, nos convictions de lectrice vacillent. C’est qu’il y a ces inserts, assez tôt dans le récit, dont on ne comprend pas tout de suite ce qu’ils viennent faire là… Des extraits de chroniques judiciaires d’un procès en assise dont l’ouverture est imminente. Puis l’on comprend à demi-mot que nous ne voyons peut-être qu’un seul côté des choses (pour faire écho à la citation de V. Hugo, en exergue de ce livre) et que cette histoire est bien plus complexe qu’il n’y parait, qu’elle recèle, même, de nombreux tiroirs et que les protagonistes ne sont peut-être pas ceux qu’ils prétendent être.Qui est Amandine, par exemple, la prétendue fille de Sophie ?Et Georges ? Est-ce sa meilleure amie comme le prétend Sophie ou son mari retrouvé mort ?Et Marc Mouradi est-il neurochirurgien ou se peut-il qu’il soit plutôt avocat ?Au fil des pages, on découvre Sophie dans un autre genre d’enfermement : la prison où elle est dans l’attente de son procès et où elle a tout le temps pour inventer .Quelle histoire nous raconte Sophie ? Une vie rêvée ? Ses fantasmes ? Mais quelle vérité quand on raconte, quand on se raconte  ?À moins que cette affabulation ne soit là que pour mieux se libérer, s’émanciper ? Car il est bien question de trajectoire de femme dans ce récit aux nombreux niveaux de lecture. Une femme qui, quel que soit le fil narratif déroulé, se voit toujours rattrapée par la solitude et l’enfermement.L’autrice (à moins que ce ne soit la narratrice ?) a beau se jouer de nous, elle offre à Sophie une place d’où elle peut prendre la parole, s’affirmer, et qui sait, s’affranchir pour enfin décider de la tournure de sa vie. Pour que l’on n’ait plus à se demander : n’y a-t-il aucune possibilité d’affranchissement pour les femmes, que la folie ou l’AVC ? Affranchis-toi du carcan de ton patrimoine génétique ! Essaye. L’être humain ne se départit pas d’un tel héritage comme une main experte dépoussière une étagère. Refuse ce postulat. Émancipe-toi ! Tant d’histoires jamais racontées obstruent mes méninges ! Je ne t’ai pas menti sur la vie, j’ai pris certaines libertés. J’ai occulté des travers humains pour te protéger. Amélie Dewez Plus d’informations Temps en apnée, heures élastiques et plongée comateuse pour un rendez-vous manqué. Dans la prison de son corps, Sophie crie au secours. Nul ne l’entend. Ni Amandine, sa fille prostrée à son chevet, ni l’équipe médicale au pronostic pessimiste. Que divulgue Georges, sa confidente ? Où se cache Luis, son amoureux cubain ? Seule, sur son lit d’hôpital, sous la caresse de draps rêches, souvenir d’une plage de sable fin, sa mémoire danse la salsa des robinsons. Entre confidences, délires et procès d’assises, Sylvie Godefroid nous offre un nouveau roman, l’occasion d’une réflexion sur la peur, le manque, le doute, la honte et la culpabilité. L’auteure tisse la trame des relations mère-fille,…

Journal d’un crime

«  Quand le timbre de la porte d’entrée retentit ce matin à sept heures, je sus qu’Elio…

Mademoiselle de ces gens-là

Voici un roman attachant, au charme suranné d’une époque révolue, au parfum léger d’eau de rose, situé à la charnière des XIXe et XXe siècles dans un univers petit-bourgeois liégeois tout empreint de convenances, de bondieuserie et de corsetage moralisateur. Mademoiselle de ces gens-là est l’histoire de « Mademoiselle », c’est-à-dire la jolie Clémence, fille de notaire, qui un jour d’enfance fut éblouie par un jeune forain merveilleux et un premier baiser innocent à travers la haie du jardin ; elle en contracta un amour secret et ne vécut plus jamais que par le souvenir obsédant de ce Romain. Durant vingt ans, jusqu’à ce qu’elle le retrouve enfin – nous ne dévoilons rien vraiment ici tant les retrouvailles sont prévisibles –, elle subira, plus que ne vivra réellement, une existence dominée par un fantôme . « Ces  gens-là » est le terme dénigrant et apeuré dont la « bonne » société désigne les gens du voyage, saltimbanques et forains, ces « moins que rien » ou barakîs comme on dit à Liège, dont on se méfie quoiqu’ils apportent fête, imaginaire et goût de l’ailleurs. Clémence rêve de liberté, d’amour et d’aventures, mais il y a le corsetage social et l’étroitesse de vue de la Belgique petite-bourgeoise d’alors, il y a les pensionnats où les religieuses font appliquer des règles impitoyables (même si Clémence y découvre, dans l’intimité précaire de son alcôve, sa sensualité de femme), il y a le culte de son souvenir radieux et l’idéalisation d’un Romain absent, tout cela qui va enfermer et gâcher la belle jeunesse de Clémence. Et puis il y a surtout, au seuil de celle-ci, la dévastation terrible de son innocence, cet épisode qui lui donnera pour la vie ce regard d’airain qui lui tiendrait lieu et de glaive et de bouclier pour affronter la solitude, sa rage contre les hommes, la religion ou l’hypocrisie bien-pensante, et son propre secret. Il y a bien des malheurs aussi contre lesquels notre Mademoiselle va lutter avec courage. Mais Clémence demeure dans la solitude et son statut de vieille fille , avec  son sens du devoir, sa petite fierté et propreté morale, ou avec le ronron quotidien pour norme et défense – il ne reste de ses rêves et du goût du fruit sauvage de l’aventure qu’un souvenir durci et enfoui. Coincée entre les conventions de son temps et ses aspirations velléitaires, la jeune personne s’enlise dans l’épineux lacis de ses contradictions , et, au fil des quelques événements qui émaillent sa vie, l’on suit auprès de ses amies Mélanie ou Marie-Aimée ou de son prétendant Philémon, ce grand escogriffe assez laid quoiqu’un peu poète et en partance pour le Congo, l’incertitude de ses sentiments, les mouvements et clairs-obscurs de son âme, les atermoiements et tours et détours de ses cheminements intérieurs , puisqu’aussi bien l’époque n’est pas, pour les femmes, à bousculer si facilement une normalité étriquée de convenances. Clémence avale ses humiliations, parvient tout de même à accomplir quelque chose de son rêve en devenant institutrice enfin et en reportant l’amour dont elle déborde sur les enfants. En arrière-fond, le souvenir de son idéal, son rêve d’enfance qui aura été à la fois un socle et un piège. Et alors, comme on l’a dit, elle retrouvera Romain : mais que peut-il rester d’un fugace amour d’enfance vingt ans après ? Il est des mystères que seule la force de la vie ou l’écrivain détient.Paul De Ré narre son histoire avec une belle fluidité, fine et allègre, un attendrissement pour ses personnages aussi, et parfois un apitoiement face à leurs malheurs qui peut toucher. D’aucuns pourraient juger désuète cette manière, mais le ton témoignerait volontiers d’une foi dans une innocence qui peut être préservée malgré les duretés et cruautés de l’existence – chose devenue si rare en notre époque trop souvent désabusée. Éric Brucher Ces gens-là  ! Voilà bien l’expression par laquelle les « bons citoyens » avaient l’habitude de désigner les forains, romanichels et autres gens du voyage ; et le père de Clémence, notaire de son état, ne parlera pas autrement lorsque, certain soir, il devra constater que deux roulottes sont venues se ranger, avec chevaux, armes et bagages, à moins d’un pas de sa propriété ! Pour Clémence, par contre –  Mademoiselle , ainsi qu’on la nomme communément –, un tel imprévu a tout d’une aubaine Elle, la « coupée du monde », va se trouver confrontée aux réalités d’un univers qui gravite à des millions de kilomètres du sien. Elle, la recluse, va respirer pour la première fois ce vent de liberté dont les effluves la poursuivront tout au long de son existence. Et que dire de cet arrière-goût de fruit défendu que lui laissera, jusqu’au…