Tripes d’or


RÉSUMÉ

« Peut-on imaginer un Molière en état d’ébriété, et qui voudrait se faire aussi énorme que Rabelais ? Tel est Crommelynck. » (Mauriac) Son avare Hormidas, Harpagon monstrueux, est tellement obsédé par la possession de l’or qu’il finira par en manger. Et par en mourir, évidemment. Carnavalesque, grinçante, barbare, flamboyante, la farce de Tripes d’or est une farce burlesque bien contemporaine.

  lire la suite sur  Espace Nord

À PROPOS DE L'AUTEUR
Fernand Crommelynck
Auteur de Tripes d’or
Né à Paris dans une famille de comédiens, Fernand Crommelynck (1886-1970) se révèle avec l'un des textes majeurs de la littérature de l'Entre-deux-guerres : Le Cocu magnifique. Marqué par l'expressionnisme allemand, Crommelynck donne au théâtre un langage nouveau. Les Amants puérils, Tripes d'or, Carine... confirmeront le talent de cet écrivain, qui reste un des plus grands dramaturges de ce siècle.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Tripes d’or"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Nous, les grosses

Blanche, 46 ans, souffre de boulimie. Certain·e·s sont accros au sexe, à la cigarette,…

L’enfant sauvage

Comme tous les vendredis, un homme traverse la place du Jeu de balle avec ses collègues pour…

Le complexe de Robinson

Stanislas Cotton est un marin au long cours de la littérature et de la…