Tripes d’or


RÉSUMÉ

« Peut-on imaginer un Molière en état d’ébriété, et qui voudrait se faire aussi énorme que Rabelais ? Tel est Crommelynck. » (Mauriac) Son avare Hormidas, Harpagon monstrueux, est tellement obsédé par la possession de l’or qu’il finira par en manger. Et par en mourir, évidemment. Carnavalesque, grinçante, barbare, flamboyante, la farce de Tripes d’or est une farce burlesque bien contemporaine.

  lire la suite sur  Espace Nord



AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Tripes d’or"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Aussi long que le silence

Un beau puits… Du solide. (…) Rien que des blocs de tuffeau, doux au toucher, comme…