Si les dieux incendiaient le monde


RÉSUMÉ
Une famille déchirée que le destin va rassembler lors d’une extraordinaire soirée. Il y a Jean, le père ; Clélia, sa fille aînée ; Albane, la cadette que personne n’a revue depuis que sa sœur lui a volé l’homme qu’elle aimait, quinze ans plus tôt ; Yvan, que Clélia a épousé depuis. Et Katia, leur fille, qui de cette tante disparue sait ceci : elle vit à New York, est devenue une célèbre pianiste, son souvenir hante encore ses parents. Leurs vies basculent le jour où Jean apprend qu’Albane doit donner un concert à Barcelone et décide de s’y rendre. Chacun, à sa manière, devra y assister.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Emmanuelle Dourson
Auteur de Si les dieux incendiaient le monde
Née à Bruxelles en 1976, Emmanuelle Dourson a étudié les langues et littératures romanes. Ses auteurs de prédilection sont, entre autres, Virginia Woolf et Katherine Mansfield dans le domaine anglophone ; Marcel Proust, Marguerite Yourcenar, Jean Giono et Georges Bernanos dans le domaine francophone. Elle cultive également un goût particulier pour les grands auteurs russes : Dostoïevski, Tolstoï, Tchekhov, Boulgakov et Nabokov.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Karoo

L’histoire d’une famille déchirée, pourtant unie par des liens indissociables, et la rencontre de ces voix qui traversent les temps, dans Si les dieux incendiaient le monde, premier roman d’Emmanuelle Dourson. Le roman débute avec Jean, un homme vieillissant et souffrant, qui voit ses souvenirs avec sa fille Albane remonter progressivement. Celle qui s’est enfuie il y a quinze ans et dont il suit la carrière de pianiste à travers les journaux est finalement de retour en Europe. Il ne connait pas la jeune femme qu’elle est devenue, mais se raccroche à elle à travers l’image de l’enfant et de l’adolescente qu’il a connue, seul lien qui les unit encore. L’éloignement, une blessure presque aussi physique que la jambe blessée de Jean, le fait souffrir en permanence.…


Le Carnet et les Instants

Alors que l’on dit les maisons d’édition moins enclines à publier des premiers romans en ces temps tourmentés, Emmanuelle Dourson s’est frayé un chemin vers les tables des libraires. Son singulier Si les dieux incendiaient le monde parait chez Grasset pour la rentrée littéraire d’hiver.Au centre du roman, une famille bruxelloise, avec ses tensions et ses non-dits. Et au cœur de cette famille : une absente, Albane, pianiste virtuose, qui a claqué la porte une quinzaine d’années plus tôt, a quitté l’Europe et n’a donné depuis lors pour seul signe de vie qu’une carte postale annuelle et laconique. Entre les membres de la famille demeurés en Belgique – les parents, la sœur, et les nièces qui n’ont pourtant jamais connu leur…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:récit roman voix lecteur monde fille dieux - "Si les dieux incendiaient le monde"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Un homme si simple

Qu’est-ce qu’une confession ? Comment, sacré par Rousseau, le genre littéraire de la confession…

Consoler Schubert

Avant l’écrire, y aurait-il l’écoute ? Une écoute au sens de Levinas, une attention…