Se perdre dans la lumière


RÉSUMÉ

Ce singulier ouvrage relate sans doute la période la plus glorieuse de Bouillon, géographiquement au centre des lumières dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, suite à l’arrivée de Pierre Rousseau et de son Journal encyclopédique.Singulier parce qu’il comprend deux parties : une fiction remarquablement illustrée et une étude historique effectuée par l’archiviste de la Ville.Le héros du roman est Hyacinthe Piette, fils de meunier, originaire de la région de Saint-Hubert. Il a étudié…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Jacques Nicolas
Auteur de Se perdre dans la lumière
Né le 02 avril 1943 à Bouillon. Diplôme d'instituteur en 1963. Profession d'enseignant à Poupehan pendant plus de 30 ans. Retraité depuis 1999. Correspondant au journal La Meuse depuis 1994. Comédien et metteur en scène de théâtre.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Se perdre dans la lumière"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9356 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Faire sécession

Les éditons L’herbe qui tremble à Paris ont à coup sûr eu le nez fin en choisissant Thierry Horguelin pour diriger leur nouvelle collection baptisée « D’autre part » . Passionné de cinéma et de jazz, ancien libraire, chroniqueur, on le connaît avant tout pour le travail de fond qu’il effectue, avec rigueur, dans le monde de l’édition. Chineur invétéré, grappilleur de pépites littéraires oubliées dans les cales des notes de bas de pages, cet arpenteur livresque qui partage son temps entre Montréal, sa ville natale, Bruxelles et Paris est aussi et surtout auteur. On citera au passage son dernier ouvrage, Alphabétiques , objet littéraire et ludique qui témoigne de son attachement à la contrainte oulipienne et qu’ont publié, il y a deux ans, les éditions… L’herbe qui tremble . Tir croisé donc qui aboutit aujourd’hui à la publication des deux premiers livres sous sa direction. Une première salve de qualité puisqu’on retrouve deux de nos écrivains confirmés qui partagent une même densité d’écriture mêlant méticulosité du trait, ironie malicieuse et haute teneur poétique. L’amour et puis rien de Luc Dellisse se lit comme à rebours. Cinquante pétales que l’on effeuille sur le ton du je t’aime, un peu, beaucoup… Sorte de carnet amoureux où chaque nouvelle rencontre chasse l’autre mais en ne l’oblitérant pas complètement pour autant. Le narrateur qui poursuit le brûlant de la rencontre, la flamme qui se ravive à chaque nouveau corps approché/accroché sait pourtant que l’amoureux ment. Les feuillets de ce carnet d’amours folles sont les restes d’une quête perpétuelle, celle du moment de partage ultime, de complicité joyeuse. On sait que tout cela est éphémère, n’existera même parfois pas mais on se prend à recommencer la parade. Quelquefois, il m’arrive de croire que l’amour a été le mauvais génie de ma vie. Et je me demande comment j’ai pu être aussi bête, durant toutes ces années. Faire dépendre mon bonheur de rencontres éphémères était la plus mauvaise idée du monde ; et les pulsions de mon sang m’ont mené droit dans le mur, non pas une fois, mais cent fois. Luc Dellisse nous entraîne ainsi, dans ces courts chapitres à l’écriture serrée, à la suite de ses aventures amoureuses dont on ne sait d’ailleurs si elles sont toutes réelles. Peu importe en somme puisque ce sont avant tout des madeleines intimes qui surgissent de ces cinquante bribes. Des fragments où se mêlent érotisme et métaphysique qui sont autant de mots d’amour livrés aux femmes et aux livres qui ont compté et qui se superposent dans la fulgurance d’un élan sans cesse recherché et dont pourtant on n’est…

J’écris ton nom

Qui étaient les jeunes résistants juifs qui attaquèrent et stoppèrent en 1943 un…

Brouillards

Août 1914. La tourmente s'abat sur la Gaume et l'Ardenne. Charles Chevalier, soldat français,…