Saint Hubert



À PROPOS DE L'AUTEUR
Willy LASSANCE
Auteur de Saint Hubert
Willy Lassance, né en 1924 de père ardennais (Amberloup) et de mère hennuyère (Fontaine-Valmont), après avoir fait des études moyennes et techniques à Bruxelles, quitte en 1948 sa commune natale, Boitsfort, et s'installe à Lavacherie, village situé au coeur de l'Ardenne où, entre son métier d'horloger et la passion de l'histoire locale, il découvre miette par miette toute l'Ardenne Centrale et publie, dès 1950, une revue trimestrielle dite "Curia Arduennae", inspirée de l'inscription romaine d'Amberloup, dont le savant Jules Vannerus, protecteur de ce périodique de présentation modeste, devait au cours de cette même année 1950, dans une magistrale communication à l'Académie, démontrer l'importance de l'institution au Bas-Empire.Jusqu'en 1954, 20 fascicules de cette revue devaient voir le jour, son fondateur et principal animateur y écrivant 56 articles consacrés à la vie intellectuelle, à l'histoire et au folklore régionaux.Entre 1950 et 1960, l'auteur est correspondant à titre culturel pour cette partie de l'Ardenne (entre Marche, Bastogne, Saint-Hubert, La Roche, Neufchâteau) de plusieurs quotidiens nationaux et provinciaux, dans ce fragment de territoire luxembourgeois encore méconnu de bien de nos compatriotes...Remarqué à Bruxelles pour ses travaux inédits dans le domaine des recherches et des fouilles archéologiques, en 1955 il commence une carrière fructueuse au Service des Fouilles des Musées Royaux d'Art et d'Histoire, multipliant investigations et récoltes de témoignages, tant dans le domaine de l'Histoire proprement dite que dans celui du Folklore, qu'on considère aujourd'hui comme un auxiliaire inestimable.A sa demande, en 1959, il est détaché dans "les ruines" du Fourneau Saint-Michel à Saint-Hubert où pendant 20 ans, contre vents et marées, il poursuivra et achèvera le sauvetage et la restauration de ce monument métallurgique du XVIIIe siècle, unique en Belgique, dont il fera un Musée du Fer de renommée internationale.Après avoir réuni une documentation importante à Bruxelles où il gère la section francophone du folklore aux Musées Royaux d'Art et d'Histoire - l'auteur se spécialise particulièrement dans :
  • la toponymie wallonne et ses rapports avec les civilisations antiques;

  • les faits religieux et mythiques;

  • l'étude archéologique, historique et folklorique et toponymique des mégalithes et Grosses Pierres de Wallonie;

  • l'histoire de la voirie ancienne (préhistoire au moyen âge);

  • les sortilèges, contes, légendes et traditions populaires du haut-pays à propos desquels il prépare un certain nombre de publications.

  • Il collaborera activement au mensuel «Propriété Terrienne» (50 articles illustrés) dans ces vastes domaines qui lui sont familiers à plus d'un titre...En outre, il a publié en 25 ans d'activité professionnelle environ 300 articles dans 35 revues spécialisées (ou de vulgarisation) belges et françaises, ainsi que quatre ouvrages.Willy Lassance, Membre Correspondant de la Commission Royale Belge de Folklore, section wallonne, de l'Association Royale des Ecrivains Wallons, etc... est titulaire de plusieurs distinctions honorifiques délivrées au titre de Résistant Armé (Front de l'Indépendance).Willy Lassance s'est éteint en 2001.

    AVIS D'UTILISATEURS

    FIRST:xfirstword - "Saint Hubert"
    stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9143 ) )

    Ceci pourrait également vous intéresser...

    Le mouvement du Libre-Esprit

    Une lecture du monde contemporain à partir notamment de la doctrine…

    L'Ardenne d'autres fois, d'autres jours...

    L'Ardenne d'autres fois, d'autres jours... présente l'évolution démographique. En 75 ans, 1080 villageois s'en sont allés. Où ? Pourquoi ? Il analyse l'habitat et l'extension de la localité de 1843 à 2008 avec les différents types de maison. Il évoque les maladies et le passage d'une moyenne de 35 ans d'espérance de vie dans les années 1920 à 57 ans la décennie suivante. La religion est abordée avec l'ancienne église, le presbytère, le cimetière, les chapelles, les calvaires, les potales, les curés et les anecdotes, l'état religieux, les jalons d'une vie, les processions, les reposoirs, le centenaire de l'église. Les guerres ne sont pas mises entre parenthèses avec les soldats napoléoniens, la grande guerre, ses drames, les ersatz, la propagande, la déportation, le marché noir, les Zeppelins,... La guerre 40-45 est développée via un précieux carnet de captivité dans le Reich, le carnet d'exode d'un civil, les rappelés, la vie sous l'occupation, le travail obligatoire, la Résistance, les prisonniers allemands de l'église ou comment Vesqueville faillit devenir un Oradour-sur-Glane, la libération, l'offensive Van Rundstedt vécue au jour le jour, la fête de la victoire, la reconstruction,...Et puis il y a la nourriture avec des expressions comme «touïsse», «sorèt», maquée, «brîes», «brïjée», «knèpes», ... En cas de disette, on mangeait hérissons ou « cwârnayes » ! Les vêtements ont été confectionnés à partir de chanvre, de lin, de laine pour «ventrins», sarraus, «hâlètes» ou «bachniks». L'analyse des modes de chauffage de toutes les maisons est suivi par celle de l'éclairage qui fut à l'huile de chènevis, de colza ou de faines avant le carbure et le pétrole. L'instruction a subi toutes les péripéties de la guerre scolaire et la condamnation du curé à huit jours de prison ! Les instituteurs et institutrices depuis 1823 n'ont pas été oubliés. Tout comme le wallon qui était la langue usuelle. Rien ne manque dans cet ouvrage, pas même la mentalité des gens, leur caractère et les légendes, la sorcellerie et une analyse fouillée de tous les surnoms et sobriquets des villageois avec leur origine. Ni les loisirs : Saint-Paul, grand feu, «Ram ta tam», le mois de Marie, les deux « dicôces », les noisettes, la bibliothèque, le football, le théâtre, la JRC, la jeunesse, le comité des fêtes, Ardenne d'autrefois,...…

    Douce France... Les Valois

    De Philippe 6 de Valois à Charles 7 "L'Ingrat" (1328 à 1461).