La route Jessica (tome 1) : Daddy



À PROPOS DE L'AUTEUR
Renaud Denauw
Illustrateur de La route Jessica (tome 1) : Daddy
Né à Mouscron (Belgique) le 28 novembre 1936, Renaud (Denauw) a fait ses classes à l’Institut Saint-Luc de Tournai. Nanti d’un diplôme en publicité-lithographie, il s’oriente rapidement vers la communication. Pour les éditions Arédit, il met en images quelques romans parus à l’origine au Fleuve Noir («La Louve de Saint-Aube», etc…) et crée sa première héroïne Miss Pamela Waps, alias «La Guêpe» ! En 1975, il décide d’entreprendre une carrière de dessinateur de BD. Pour l’hebdomadaire «Spirou», il dessine d’abord la série «Aymone» scénarisée par J.M. Brouyère, puis les aventures de «Myrtille, Vidpoche et Cabochard» imaginées par Mitteï. En 1980, pour le journal «Tintin», il réalise «Brelan de Dames», une série d’espionnage semi-réaliste écrite par J.L. Vernal et poursuivie par J. Dufaux. Pour le même journal des 7 à 77 ans, il conçoit et met en cases les gags d’un charmant trio d’enfants, «Platon, Torloche et Coquinette». En 1987, désirant changer de registre et adopter un graphisme réaliste, il retrouve le scénariste J. Dufaux et, avec lui, il crée «Jessica Blandy», une série directement éditée en albums chez Novédi, puis chez Dupuis. En 1988, devenu son scénariste attitré, J. Dufaux écrit pour lui «Les Enfants de la Salamandre» (Dargaud et Novédi). À partir de 1991, tous deux publient «Santiag» chez Glénat. Considéré comme l’un des meilleurs dessinateurs réalistes, Renaud s’est vu décerner plusieurs prix. En Suisse, le Jury du festival de Sierre l’a honoré d’un Prix spécial (1989). Son œuvre a également été primée en France, aux festivals d’Hyères (1992), de Lille (1994) et de Maison-Laffite (1996). Avec la sortie du tome 1 de «Venus H.», un sulfureux thriller édité par Dargaud, 2005 marque une nouvelle étape pour le duo d’auteurs best-sellers que forment Renaud et Dufaux. Texte et photo © Dargaud

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La route Jessica (tome 1) : Daddy"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…

L'étincelle

La fin du monde est arrivée. Une fin du monde en douceur, les enfants ont cessé de naître et l'humanite…

Ma vie est un best-seller

Corinne Mayère est une salariée pas très motivée d'Edéf qui décide d'écrire…