Philippe Jones en ses domaines


Le temps du minéral ignore les limites  XX Après-midi de fin d’été à Uccle dans la maison de Philippe Jones et de son épouse Françoise. Lorsqu’on arrive dans le bureau, au-delà du salon, le regard, porté d’abord vers la lumière du jardin vert, encore fleuri de rouge avec les arbres en fond, est ramené naturellement vers l’intérieur grâce à la courbe de la grande baie vitrée.        La vie efface un mur qui refuse l’espace        chaque fenêtre offre un envol  XX   Il s’établit ainsi une sorte de va-et-vient entre la nature et cet espace intérieur où vivent dans l’harmonie les tableaux et les sculptures. Quant à la maison familiale, celle dans laquelle on a vécu quelques décennies, où l’on a grandi avec ses parents, où l’on a vécu bonheurs et drames, que l’on a aménagée selon son goût, où l’on vit avec sa compagne, du premier étage on regarde son jardin : des parterres…
  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:pierre poésie forme soleil sens pré poète poème collection - "Philippe Jones en ses domaines"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Natures sans titre

il reste du vert cette montagne sans bruit une carte postale glacéeExigence à sentir et à dire : ainsi…

Ulysse à l’école des héros

Pour Cristal   La guerre de Troie aurait pu ne pas avoir…