Olivier Rameau (tome 6) : L'oiseau de Par-ci, par-là



À PROPOS DE L'AUTEUR
Daniel Henrotin (Dany)
Illustrateur de Olivier Rameau (tome 6) : L'oiseau de Par-ci, par-là
Ce qui caractérise le mieux la carrière de DANY, c'est la diversité.« OLIVIER RAMEAU » tout d'abord, qu'il crée avec GREG , est une série délicieusement onirique où fantaisie et l'humour se mélange pour notre plus grand bonheur.Dans un style tout différent, très réaliste, il nous offre « HISTOIRE SANS HEROS » sur un scénario de JEAN VAN HAMME. Un récit d'une densité remarquable qui connaîtra une suite tout aussi passionnante : « VINGT ANS APRES ».Viennent ensuite les fameux recueils de gags coquins « CA VOUS INTERESSE ? » etc… où DANY nous prouve son talent exceptionnel pour dessiner les jolies filles déshabillées.C'est très sexy et surtout très drôle.Pour « EQUATOR », série d'aventures se passant en Afrique, DANY se sert admirablement de toutes la documentation et de toutes les émotions qu'il a accumulées tout au long de ses nombreux voyages autour du monde.Il vient de surprendre une fois de plus son public en publiant l'histoire fantastique d'un voyage dans la Roumanie d'aujourd'hui sur les traces de DRACULA : « TRANSYLVANIA », sur un scénario d'YVES H.Et ce n'est pas fini ! Cette fois avec son ami ARLESTON, il dessine actuellement « LES GUERRIERES DE TROY » où il aborde pour la première fois l'héroic-fantaisy. Un régal

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Olivier Rameau (tome 6) : L'oiseau de Par-ci, par-là"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

En chemin avec Jan Berchmans

Octobre 1618, les Pays-Bas espagnols : Jean, qui veut devenir jésuite, chemine…

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…