Née Pélagie D.



À PROPOS DE L'AUTEUR
Françoise Houdart
Auteur de Née Pélagie D.
Françoise Houdart est née le 22 mars 1948 à Boussu (Hainaut). Elle a passé son enfance au milieu des terrils. Petite-fille de mineur, elle a, comme il se doit, joué dans le charbon les plus beaux jeux de son enfance. D'ailleurs, sa maison s'ouvre sur la ligne des terrils qui ceinturent le Borinage, verdoyants au beau temps, gris-bleutés en hiver.Mariée à Renild Thiébaut, architecte, elle a trois enfants.Elle enseigne l'allemand à l'École normale provinciale de Mons. La culture allemande la retient beaucoup. Il lui arrive de partir avec une valise et une machine à écrire au pays de Goethe pour, dans la solitude, poursuivre son oeuvre.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Née Pélagie D."
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Un été dans la combe

Quelque part entre Argonne et Champagne, un vagabond s'installe…

La Nouvelle Carthage

La Nouvelle Carthage, c’est Anvers à la fin du xixe siècle. Dans ce milieu d’opulence et de haine du pauvre, le jeune Laurent Paridael grandit au sein d’une bourgeoisie qui ne répond ni à ses goûts ni à son sens de la justice. Il se tourne alors vers le peuple et se rapproche des ouvriers, des marginaux et des parias. Seule sa cousine Gina, à la beauté et à la grâce séduisantes, pourrait adoucir son tempérament rebelle, mais elle lui préfère la fortune d’un gros industriel, le sinistre Béjart, auquel l’auteur prête tous les vices d’un capitalisme féroce et sans scrupules.La Nouvelle Carthage, c’est Anvers à la fin du xixe siècle. Dans ce milieu d’opulence et de haine du pauvre, le jeune Laurent Paridael grandit au sein d’une bourgeoisie qui ne répond ni à ses goûts ni à son sens de la justice. Il se tourne alors vers le peuple et se rapproche des ouvriers, des marginaux et des parias. Seule sa cousine Gina, à la beauté et à la grâce séduisantes, pourrait adoucir son tempérament rebelle, mais elle lui préfère la fortune d’un gros industriel, le sinistre Béjart, auquel l’auteur prête tous les vices d’un capitalisme féroce…