Miyin èyèt Môrice. Sèt´ quétes dès-ârnagats mèteuwes an walon d’ Tchèss’lèt pa



AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Miyin èyèt Môrice. Sèt´ quétes dès-ârnagats mèteuwes an walon d’ Tchèss’lèt pa"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9139 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Li Rantoele - 72 - 72 / ivier 2014-2015

Sommaire • Istwere : djusse divant l’ fén di l’ URSS: Tchanteu d’ rok a Vladivostok par  Jean-Louis De Weirt • Eternåcionå : Berlôrer d’ ene guere…

Doze omes (Douze hommes)

Douze tragédies.Derrière chacune se cache un homme : un mari, un fils, un frère, un père,…

Douda d'Êwe d'Oûthe

Avril 1830. Toute la Belgique frémit du vent de la révolte qui va renvoyer chez lui l'occupant hollandais. Toute ? Non, car à Oppagne, la vie continue, simplement, entre rudes et braves fermiers.Les Dalrossette sont, eux, plus toûrsiveûs. Ils vont s'employer à dérober aux gentils Lometotoute un trésor dont ces derniers sont dépositaires sans le savoir. Le butin qui est distrait le matin sera de retour le soir même ; Colas et Germaine Lometotoute n'en sauront jamais rien. Il en a fait du chemin pourtant, ce trésor, tout au long de la journée, convoyé par Joseph Dalrossette : d'Oppagne, route de Biron, puis Barvaux, de là jusqu'à Bomal en bètchète, puis Izier. Destination : Grand-Bru, qu'il n'atteindra jamais. Parce que Douda, héros tranquille, malin, courageux, honnête, bon - un héros, quoi ! - va déjouer les projets du malintentionné Joseph.Pour connaître les tours et les détours de ce voyage, vous devrez ouvrir " Douda d' êwe d' Oûthe ". Dans une écriture très proche des pièces de théâtre qu'il a conçues, René Brialmont nous offre un conte, un petit bijou, au…