Miss Annie



À PROPOS DE L'AUTEUR
Flore Balthazar
Illustrateur de Miss Annie
Flore Balthazar est une scénariste et dessinatrice née le 23 février 1981 à La Louvière (Royaume de Belgique). Elle vit à Orléans (République française). Autodidacte à part des cours de bandes dessinées et d'illustrations étant gamine, à l'Académie de Binche avec Jean-Pol Lété, et en 2001-2002 à l'Académie d'Etterbeek avec Philippe Wurm. Dès l'âge de neuf ans, elle décide de devenir "dessinateur de bandes dessinées". Lit Hergé, Claire Bretécher, Gaston, et tout ce qui lui tombe sous la main, illustré ou non (la bibliothèque provinciale se trouve en face de la maison familiale et devient une sorte de résidence secondaire). Quand elle apprend qu'Hergé est mort depuis quelques années, elle veut reprendre les Aventures de Tintin en décalquant "L'Oreille Cassée" puis abandonne à la page 2. Elle s'aperçoit alors qu'elle ne sait pas recopier mais dessine beaucoup quand même. Elle s'inscrit donc, avec une grande suite dans les idées, à la faculté de philosophie et lettres de l'ULB pour des études de langues et littératures slaves (1999-2003 - diplôme non obtenu). Elle apprend que les poètes russes ont tendance à mourir jeunes, que l'accent tonique mobile avec réduction vocalique est une chienlit et que les déclinaisons polonaises comportent 7 cas. Elle s'aperçoit que, pour devenir "dessinateur de bandes dessinées", le meilleur moyen est encore de s'y mettre... Collabore, entre autres, depuis 2004 en tant qu'illustratrice à Planète Enfants et Planète Jeunes, journaux africains du groupe Bayard, et depuis 2006 au Journal de Spirou (Jack le Sanguinaire, série médiévale sur une jeune fille qui veut devenir chevalier, et diverses histoires complètes, seule ou avec Frank Le Gall, Thiriet, Zidrou, Laurent Letzer...).

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Miss Annie"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…

L'étincelle

La fin du monde est arrivée. Une fin du monde en douceur, les enfants ont cessé de naître et l'humanite…