Les oreilles des éléphants


RÉSUMÉ

Notre famille était parfaite, et ma soeur et moi aussi. A six ans, je montais sur une chaise en public pour expliquer, sous l’oeil attendri de mes parents, la différence entre éléphants d’Asie et d’Afrique. Ma mère nous aimait parce que nous étions comme elle; il n’y aurait plus jamais de boucher slovaque dans la famille.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Jean-François FÜEG
Auteur de Les oreilles des éléphants
Jean-François Füeg est directeur général adjoint au ministère de la Fédération Wallonie Bruxelles. Il a dirigé le service de la lecture publique durant 10 ans. Historien, il a été archiviste, dirigeant notamment le Mundaneum entre 1996 et 2001. Il a publié une cinquantaine d'articles sur des questions touchant à l'histoire du XXe siècle, en particulier de l'entre-deux-guerres. Diplômé de l'Université libre de Bruxelles, il est égalementprofesseur, chargé de cours dans le cadre de la formation des bibliothécaires, en Province de Hainaut depuis 1999.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Je hais la littérature auto-centrée (…) Écrire, c’est témoigner (…) Faire émerger le collectif derrière les histoires personnelles. Ainsi s’explique Jean-François Füeg au terme de cette chronique familiale et comme ces annales personnelles pour évoquer le milieu bourgeois, étriqué et conformiste dont il provient et cette cellule parentale se considérant modèle absolu de la réussite, idéal indépassable où tout était un peu mieux que dans les autres familles. L’occasion d’interroger le sens de l’existence, du rapport aux conditionnements et à la liberté, et ce qui fait la transmission avec ses défaillances et maladresses. Et puis la nécessité d’écrire afin de lever la chape et libérer son destin d’un fardeau – parce que le…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Les oreilles des éléphants"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La Théo des fleuves

Tsiganes, roms, nègres blancs selon l’expression du poète bulgare Petria Vasli ou enfants du vent . Ce peuple paria, infréquentable, frappé d’une malédiction, dont on se méfie ; parasite dont les sociétés ont tellement souvent voulu se débarrasser, peuple méprisé dans l’ Europe florissante , chassé, persécuté. Subissant la sauvagerie destructrice et ignoble, les actes scélérats et meurtriers ; victime des sévices de tous genres au 20ème siècle, ghettoïsé, raflé, déporté, gazé sous le nazisme, interné, maltraité sous le communisme. C’est à ce peuple fier et libre, par la voix de la vieille Théodora qui aura traversé tout le siècle dernier, que Jean-Marc Turine rend un hommage vibrant et puissant dans son magnifique roman La Théo des fleuves (Esperluète). Livre qui a d’abord fait l’objet d’une pièce radiophonique sur France Culture en un feuilleton de cinq épisodes en 2011 , et qui est ici publié dans une écriture poétique et charnelle, emplie d’énergie et de vitalité – qu’on lira volontiers au son de violons tsiganes exprimant cette âme insoumise et vivante malgré les détresses et la perdition, et sa résistance tenace face à la tragédie, à la violence, au deuil douloureux et à l’oppression. Peuple banni de l’existence et cependant vivant.La vieille Théo se souvient et raconte. Presque aveugle, avec à ses pieds une enfant secrète et silencieuse, Théo est desséchée en cette fin de siècle, elle qui est née à son aube, à force d’amours perdues, de luttes et de résistances menées . Mais d’utopies aussi, de griseries, de larmes et de rires. Elle aura donc traversé le siècle et vécu plusieurs vies, errant depuis le delta du Danube, ce fleuve profond qui l’accompagnera comme un paysage intérieur, fuyant la pourriture des ghett os pour ne pas vivre le fatalisme du subissement et refuser l’asservissement, ne pas vivre l’échine courbée. Va, même sans savoir où tu vas , dit-elle, car le Tsigane ne quitte rien ni ne va quelque part, il parcourt sa demeure, les terres qu’il traverse. La foulée tsigane est une déambulation infinie .Théo a les yeux bleu pétrole, les cheveux noirs, la peau sombre de son peuple ; elle a appris à lire et écrire pour voir autrement le monde et renoncer à la peur , pour se libérer des conventions d’abord et échapper à un mari et un père qui lui a imposé un mariage. Elle a pour viatique essentiel le livre de sa mère celui qu’elle m’a donné à ma naissance et que j’ai donné à mes enfants le jour de leur naissance, la vie. Mon livre rendu fertile par la terre sur laquelle je marche en traversant les saisons . Viatique de l’amour aussi, celui d’Aladin, le violoniste inventeur de rêveries sur l’Ile aux Oiseaux, et qui l’accompagnera toute sa vie malgré les séparations et les distances, malgré les malheurs. Près d’eux, Nahum, l’enfant perdu, enfant au couteau et à la mémoire vide , qu’elle recueillera puis abandonnera pour suivre une chimère, dira-t-elle, et qui trouvera sa voie dans le cirque. Et puis, il faut parler des blessures terribles et tragiques, la jeune Euphrasia violée par les milices et détruite à jamais, ou Carmen, l’enfant de sa chair à elle, Théo, morte lentement de faim dans les camps, voire encore ses poèmes jetés au feu comme une négation d’elle-même et de l’amour, ou encore la rééducation qu’elle subit et la stérilisation, l’emprisonnement et le travail forcé, la survie au néant . Mais évoquer aussi cette errance magnifique par les mers sur ce bateau fantastique – le Sâmaveda , rebaptisé La Théo des fleuves – auprès d’un équipage et capitaine de haute poésie et qui la fera renaître à elle-même.Théo ou la puissance d’un fleuve.  Son livre de douleurs et de vie mêlées, que l’on referme pris aux entrailles par sa force et justesse, sa poésie lancinante et mélancolique, belle et fantasque parfois. Un chant, au fond, ou une danse autour d’un feu pour dire, au-delà des misères et des dépouillements, la beauté de la terre et des fleuves, les fruits et l’amour, l‘eau, les enfants, ou la fertilité du partir et les forces du vivant. Éric Brucher La vieille Théodora ne marche plus, elle ne voit plus. Mais elle se souvient et raconte. Elle nous parle de sa vie, de ses rencontres, ses amours, ses espoirs, mais aussi ses errances, ses drames et ses désillusions. Théodora est une enfant du fleuve. Née Rom, elle a voyagé au gré des vents. Traversant le temps, elle a vécu plusieurs vies. Née à l’aube du XXe siècle, elle le traverse tout entier. Temps de guerres, de communisme, d’oppressions répétées, l’histoire des Roms se révèle au fil du roman et se confond avec celle du siècle. Naître femme, c’est s’exposer à la tutelle des pères et des maris, Théodora le comprendra vite. Tout comme elle pressentira aussi que par la lecture et l’écriture, elle échappera à la fatalité. Aladin, le tendre amant, Nahum, le fils d’élection, Joseph, le marin, croiseront sa route. Personnages lumineux, ils partageront un temps sa vie avant qu’elle ne reprenne la route et construise sa destinée. La force du travail de Jean Marc Turine, depuis ses premiers textes, réside dans son souci de donner la parole aux sans-voix, aux opprimés, aux victimes et de se dresser, sans relâche, contre la guerre et l’exclusion. Par une écriture juste et engagée qui donne de la force à ce récit, il dénonce l’exil forcé, les brimades, l’injustice... Les voix du récit s’entremêlent pour nous emporter dans une histoire forte et entière, qui ne laisse pas le lecteur indifférent et le pousse à reconsidérer…

Salsa

Salsa , le dernier roman de Sylvie Godefroid , s’aligne sur Sophie, victime d’un AVC alors qu’elle rejoignait sa fille, Amandine, au café de la Presse à Bruxelles.À l’hôpital, tout le monde la croit dans le coma alors qu’elle est enfermée dans son corps (locked in syndrome). Consciente, elle s’adresse silencieusement à sa fille et lui annonce, notamment, la raison de leur rendez-vous ce matin-là : son intention de quitter la Belgique pour rejoindre son amant, Luis, à Cuba où elle compte s’installer définitivement. Au départ, quand on lit Salsa , on a le sentiment d’être immergé dans l’histoire de Sophie, quinquagénaire fatiguée de sa vie de bourgeoise, en quête d’un émoustillement du corps et des sens.Tout nous pousse à penser que Sophie profite de son état pour se confier à sa fille de 25 ans, lui retracer son parcours, revenir sur cette éducation rigide qui l’a longtemps corsetée.  Dis-leur que j’ai grandi comme une orchidée, j’ai poussé le long d’un tuteur qui m’a toujours maintenue dans l’axe de ce que les autres attendaient de moi. S’ils prenaient le temps de m’ausculter avec délicatesse, ils se rendraient compte que je suis une fleur qui surprend, étonne et qui, parfois, ravit. Dis-leur que je n’ai pas eu de chance avec les hommes. Je n’en ai d’ailleurs pas connu beaucoup ; ma mère m’avait toujours dit de m’en méfier. Mes robes, je les porte proches du corps, mais jamais moulées, un rien au-dessus du genou. Mon maquillage se propose discret. Je suis agréable à regarder mais jamais jolie. Je n’oserais pas.  Sauf qu’à y regarder de plus près, nos convictions de lectrice vacillent. C’est qu’il y a ces inserts, assez tôt dans le récit, dont on ne comprend pas tout de suite ce qu’ils viennent faire là… Des extraits de chroniques judiciaires d’un procès en assise dont l’ouverture est imminente. Puis l’on comprend à demi-mot que nous ne voyons peut-être qu’un seul côté des choses (pour faire écho à la citation de V. Hugo, en exergue de ce livre) et que cette histoire est bien plus complexe qu’il n’y parait, qu’elle recèle, même, de nombreux tiroirs et que les protagonistes ne sont peut-être pas ceux qu’ils prétendent être.Qui est Amandine, par exemple, la prétendue fille de Sophie ?Et Georges ? Est-ce sa meilleure amie comme le prétend Sophie ou son mari retrouvé mort ?Et Marc Mouradi est-il neurochirurgien ou se peut-il qu’il soit plutôt avocat ?Au fil des pages, on découvre Sophie dans un autre genre d’enfermement : la prison où elle est dans l’attente de son procès et où elle a tout le temps pour inventer .Quelle histoire nous raconte Sophie ? Une vie rêvée ? Ses fantasmes ? Mais quelle vérité quand on raconte, quand on se raconte  ?À moins que cette affabulation ne soit là que pour mieux se libérer, s’émanciper ? Car il est bien question de trajectoire de femme dans ce récit aux nombreux niveaux de lecture. Une femme qui, quel que soit le fil narratif déroulé, se voit toujours rattrapée par la solitude et l’enfermement.L’autrice (à moins que ce ne soit la narratrice ?) a beau se jouer de nous, elle offre à Sophie une place d’où elle peut prendre la parole, s’affirmer, et qui sait, s’affranchir pour enfin décider de la tournure de sa vie. Pour que l’on n’ait plus à se demander : n’y a-t-il aucune possibilité d’affranchissement pour les femmes, que la folie ou l’AVC ? Affranchis-toi du carcan de ton patrimoine génétique ! Essaye. L’être humain ne se départit pas d’un tel héritage comme une main experte dépoussière une étagère. Refuse ce postulat. Émancipe-toi ! Tant d’histoires jamais racontées obstruent mes méninges ! Je ne t’ai pas menti sur la vie, j’ai pris certaines libertés. J’ai occulté des travers humains pour te protéger. Amélie Dewez Plus d’informations Temps en apnée, heures élastiques et plongée comateuse pour un rendez-vous manqué. Dans la prison de son corps, Sophie crie au secours. Nul ne l’entend. Ni Amandine, sa fille prostrée à son chevet, ni l’équipe médicale au pronostic pessimiste. Que divulgue Georges, sa confidente ? Où se cache Luis, son amoureux cubain ? Seule, sur son lit d’hôpital, sous la caresse de draps rêches, souvenir d’une plage de sable fin, sa mémoire danse la salsa des robinsons. Entre confidences, délires et procès d’assises, Sylvie Godefroid nous offre un nouveau roman, l’occasion d’une réflexion sur la peur, le manque, le doute, la honte et la culpabilité. L’auteure tisse la…

La Nouvelle Carthage

La Nouvelle Carthage, c’est Anvers à la fin du xixe siècle. Dans ce milieu d’opulence et de haine du pauvre, le jeune Laurent Paridael grandit au sein d’une bourgeoisie qui ne répond ni à ses goûts ni à son sens de la justice. Il se tourne alors vers le peuple et se rapproche des ouvriers, des marginaux et des parias. Seule sa cousine Gina, à la beauté et à la grâce séduisantes, pourrait adoucir son tempérament rebelle, mais elle lui préfère la fortune d’un gros industriel, le sinistre Béjart, auquel l’auteur prête tous les vices d’un capitalisme féroce et sans scrupules.La Nouvelle Carthage, c’est Anvers à la fin du xixe siècle. Dans ce milieu d’opulence et de haine du pauvre, le jeune Laurent Paridael grandit au sein d’une bourgeoisie qui ne répond ni à ses goûts ni à son sens de la justice. Il se tourne alors vers le peuple et se rapproche des ouvriers, des marginaux et des parias. Seule sa cousine Gina, à la beauté et à la grâce séduisantes, pourrait adoucir son tempérament rebelle, mais elle lui préfère la fortune d’un gros industriel, le sinistre Béjart, auquel l’auteur prête tous les vices d’un capitalisme féroce…