Les oreilles des éléphants


RÉSUMÉ

Notre famille était parfaite, et ma soeur et moi aussi. A six ans, je montais sur une chaise en public pour expliquer, sous l’oeil attendri de mes parents, la différence entre éléphants d’Asie et d’Afrique. Ma mère nous aimait parce que nous étions comme elle; il n’y aurait plus jamais de boucher slovaque dans la famille.

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois




NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Je hais la littérature auto-centrée (…) Écrire, c’est témoigner (…) Faire émerger le collectif derrière les histoires personnelles. Ainsi s’explique Jean-François Füeg au terme de cette chronique familiale et comme ces annales personnelles pour évoquer le milieu bourgeois, étriqué et conformiste dont il provient et cette cellule parentale se considérant modèle absolu de la réussite, idéal indépassable où tout était un peu mieux que dans les autres familles. L’occasion d’interroger le sens de l’existence, du rapport aux conditionnements et à la liberté, et ce qui fait la transmission avec ses défaillances et maladresses. Et puis la nécessité d’écrire afin de lever la chape et libérer son destin d’un fardeau – parce que le…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Les oreilles des éléphants"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La plage d’après

Le premier roman de Michel Desmarets nous fait découvrir les souvenirs de Côme,…

Immensità

Victoire DE CHANGY , Immensità , Cambourakis, coll. « Cambourakis Tex », 2024, 100 p.,…

Le silence

Un texte posthume comme un ultime inventaire évoquant notamment la mort imminente et l'amour…