Les îles Lointaines


RÉSUMÉ

Lionel et sa famille vont découvrir des îles restées sauvages. Dans cette nature colorée, où la vie est presque palpable, Lionel et Léa se promènent, rêvent, voyagent, font des découvertes, et resteront à jamais imprégnés de l’atmosphère de cette île.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Emmanuèle Sandron
Auteur de Les îles Lointaines

Née le 26 mai 1966 à Charleroi

Licence en Traduction, E.I.I., Mons 3ème cycle en Traduction littéraire, C.E.T.L., Bruxelles

 Je m’intéresse au cheminement des émotions aux labyrinthes du sens et à la musique de la langue. J’écris et je traduis aussi pour les adultes.

 

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:île - "Les îles Lointaines"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 9536 ) [domains] => Array ( [0] => 9930 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les sauvages

Sous la lune, deux silhouettes se glissent hors de leurs maisons en bois et rejoignent la rivière pour…

Un caillou dans la poche

Tino vit sur une ile pas plus grande qu’un caillou. Il la connait presque par cœur et il en a déjà parcouru plusieurs fois le tour. Jamais rien de particulier ne s’y déroule. Le garçon s’occupe comme il peut. Il passe son temps à tout mesurer ou à tout égarer, au grand dam de ses parents. Pourtant, un jour, arrivent de la mer des visiteurs peu communs : les élèves d’une classe du continent. Parmi eux, une fille étrange, un peu rebelle, un peu sauvage…comme les recoins de son ile. Avec elle, Tino va vivre des expériences cocasses et parfois même dangereuses. Férue de sciences naturelles, Antonia, lui permettra de découvrir les trésors insoupçonnés des lieux. Notre jeune héros comprendra alors qui il est vraiment. C’est plus qu’un caillou qu’il a dans la poche, c’est une ile au fond du cœur. Ce petit roman d’une centaine de pages est baigné dans l’embrun et le sel marin. Sa lecture est aisée et légère grâce à une écriture fluide et accessible. Les comparaisons de Marie Chartres sont réussies et ses descriptions laissent transpirer l’amour qu’elle porte à ce genre d’endroit. Si « l’ile rapetisse au fur et à mesure que Tino grandit », l’envie de poursuivre la lecture, elle, va en s’amplifiant car le récit est présenté en crescendo. Descriptions, émotions, péripéties… tout est rassemblé. Les illustrations de Jean-Luc Englebert renforcent cette légèreté. Ses petits personnages évoluent dans les paysages avec les grands yeux des explorateurs et l’air taquin d’un comic strip. Voilà un livre qui convient aux amoureux de…

L'île aux câlins

C'est la première fois que Lola reste toute seule à la maison. Très vite elle s'ennuie : il n'y a plus personne pour lui faire…