Les confessions de Perkin Warbeck


RÉSUMÉ

Toujours au plus près de la vérité historique, Maxime Benoît-Jeannin nous invite à découvrir le plus grand imposteur de l’Angleterre du XVe siècle, ses rêves, son extraordinaire pouvoir de séduction, sa fragilité et ses véritables origines. Héros picaresque, au déclin du Moyen Âge, resté très populaire au Royaume-Uni, si Perkin Warbeck ne fut pas Richard d’York, il ne fut pas non plus le fils d’un couple de bourgeois de Tournai…
Un jour d’octobre 1491, lorsque Perkin Warbeck débarque à Cork, en Irlande du Sud, il ne sait pas encore qu’il va entrer dans l’Histoire de l’Angleterre. Le jeune marchand de tissus se laisse convaincre par des envoyés de la faction des York de se faire passer pour Richard d’York, le fils cadet d’Edouard IV, qui aurait échappé miraculeusement au complot meurtrier de son oncle Richard III.
S’ouvre alors pour le jeune homme — il a dix-sept ans — une route pleine de périls et de merveilles, qui le conduira de la cour du roi de France à celle de Jacques IV d’Écosse, en passant par Malines, où Marguerite, duchesse douairière de Bourgogne, tient la sienne.
Le voyage de l’aventurier durera huit ans, au gré des renversements d’alliance de la politique internationale de l’époque, toujours soutenu et aidé par Jacques IV, le seul qui ait cru en lui jusqu’au bout et qui lui fera épouser sa cousine, lady Catherine Gordon.
D’une tentative de débarquement à l’autre, Perkin Warbeck / Richard d’York prendra la tête de la grande révolte du comté des Cornouailles, dernière rébellion populaire du règne d’Henry VII à mettre sérieusement en danger le fondateur de la dynastie des Tudor. Renonçant au combat, Perkin Warbeck se rend au roi, est gracié in extremis, vit à Westminster, s’évade, est repris par sa faute et finit ses jours à la Tour de Londres après une dernière conspiration. Pendu le 23 novembre 1499, il meurt avec son secret.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Maxime Benoît-Jeannin
Auteur de Les confessions de Perkin Warbeck
Ecrivain mais aussi adaptateur et scénariste pour la télévision, Maxime Benoît-Jeannin s'est essayé à de plusieurs genres, comme la poésie, la biographie - 'Georgette Leblanc' - le roman - 'Mémoires d'un ténor égyptien' - ou encore la nouvelle. Parmi ses nombreux écrits, on peut notamment citer 'Le Florentin', 'Mademoiselle Bovary', 'La Corruption sentimentale' ou encore 'Chez les Goncourt'. En 2001, Maxime Benoît-Jeannin signe également un premier hommage à Hergé, 'Le Mythe Hergé', suivi en 2007 d'un ouvrage objectif et surprenant sur cette figure de la culture belge intitulé 'Les Guerres d'Hergé : Essai de paranoïa critique'.  

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Les confessions de Perkin Warbeck"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9356 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le mousqueton

Un matin, Suzanne ficèle son baluchon et se fait conduire à Bertrix, dans la charrette du marchand de pétrole régulièrement de passage pour l'approvisionnement des quinquets et lanternes d'éclairage, le pétrolî, comme disent les gens d'ici. Mais où va vraiment la fille d'Eugène Grandjean, modeste travailleur de la forêt, et vers quel destin?En ce début d'automne 1914, au lendemain de la sanglante Bataille de Luchy du 22 août 1914, dans un village ardennais reculé des hauteurs de Bouillon, un soldat français en retraite, blessé, est caché par la famille Grandjean.Un double et oppressant secret, sous la menace de délation,…

Faire sécession

Les éditons L’herbe qui tremble à Paris ont à coup sûr eu le nez fin en choisissant Thierry Horguelin pour diriger leur nouvelle collection baptisée « D’autre part » . Passionné de cinéma et de jazz, ancien libraire, chroniqueur, on le connaît avant tout pour le travail de fond qu’il effectue, avec rigueur, dans le monde de l’édition. Chineur invétéré, grappilleur de pépites littéraires oubliées dans les cales des notes de bas de pages, cet arpenteur livresque qui partage son temps entre Montréal, sa ville natale, Bruxelles et Paris est aussi et surtout auteur. On citera au passage son dernier ouvrage, Alphabétiques , objet littéraire et ludique qui témoigne de son attachement à la contrainte oulipienne et qu’ont publié, il y a deux ans, les éditions… L’herbe qui tremble . Tir croisé donc qui aboutit aujourd’hui à la publication des deux premiers livres sous sa direction. Une première salve de qualité puisqu’on retrouve deux de nos écrivains confirmés qui partagent une même densité d’écriture mêlant méticulosité du trait, ironie malicieuse et haute teneur poétique. L’amour et puis rien de Luc Dellisse se lit comme à rebours. Cinquante pétales que l’on effeuille sur le ton du je t’aime, un peu, beaucoup… Sorte de carnet amoureux où chaque nouvelle rencontre chasse l’autre mais en ne l’oblitérant pas complètement pour autant. Le narrateur qui poursuit le brûlant de la rencontre, la flamme qui se ravive à chaque nouveau corps approché/accroché sait pourtant que l’amoureux ment. Les feuillets de ce carnet d’amours folles sont les restes d’une quête perpétuelle, celle du moment de partage ultime, de complicité joyeuse. On sait que tout cela est éphémère, n’existera même parfois pas mais on se prend à recommencer la parade. Quelquefois, il m’arrive de croire que l’amour a été le mauvais génie de ma vie. Et je me demande comment j’ai pu être aussi bête, durant toutes ces années. Faire dépendre mon bonheur de rencontres éphémères était la plus mauvaise idée du monde ; et les pulsions de mon sang m’ont mené droit dans le mur, non pas une fois, mais cent fois. Luc Dellisse nous entraîne ainsi, dans ces courts chapitres à l’écriture serrée, à la suite de ses aventures amoureuses dont on ne sait d’ailleurs si elles sont toutes réelles. Peu importe en somme puisque ce sont avant tout des madeleines intimes qui surgissent de ces cinquante bribes. Des fragments où se mêlent érotisme et métaphysique qui sont autant de mots d’amour livrés aux femmes et aux livres qui ont compté et qui se superposent dans la fulgurance d’un élan sans cesse recherché et dont pourtant on n’est…

Le Maître de San Marco

Pouvait-on trouver meilleur romancier que Claude Raucy pour redonner vie littéraire au compositeur…