Le trésor du village englouti


RÉSUMÉ

Quelques familles décident de rester dans un village inondé. Celles-ci vivent en harmonie jusqu’à l’arrivée impromptue d’un bébé qui va bouleverser le regard jeté par les enfants sur le monde des adultes. Les enfants se mettent alors en tête de retrouver celle qu’ils pensent être la mère du nourrisson et apprennent, au fil de leurs aventures, que la valeur d’une vie ne se mesure pas à sa durée mais à la qualité des liens que l’on a réussi à nouer.



À PROPOS DE L'AUTEUR
Eva Kavian
Auteur de Le trésor du village englouti

Née le 15 juin 1964 à Namur

Ergothérapie, Bruxelles

Si mes romans sont de pures fictions, ils sont cependant suscités par une émotion profonde et nourris d'éléments vécus. Les thèmes : amour, désir, relation dans la fratrie et parents-enfants, familles monoparentales, deuils violents, solidarité, l'action comme outil face au désarroi. Lauréate d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide au projet, 2009, 2012, 2014, 2016, 2018 et 2020 Lauréate d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide à la création, 2011

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le trésor du village englouti"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16311 ) [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le journal d'Alice (T.2). Lola Falbala

Cher journal, Je vais te raconter TOUT ce qui se passe au 42, rue Isidore-Bottine (la maison où je vis avec mes parents et mes deux sœurs) et TOUTES les aventures des CM2 B (ma classe à l’école des Érables). Notre prof d’anglais méritera-t-elle encore son surnom de Cruella ? Et monsieur Gauthier, notre enseignant, sera-t-il toujours 100% cool ? Commençons par mes retrouvailles…

Les quatre saisons de Rose

Lorsque Rascal se met à l’écriture. On connaissait les albums, il faudra désormais aussi compter sur les romans de Rascal. Voici un texte intimiste, sorte de journal ou de souvenirs au parfum d’autrefois. Au fil des saisons, en de courts chapitres le lecteur découvrir la vie quotidienne de Rose, une petite citadine. A chaque saison, elle revient à la campagne, chez ses grands-parents. Ici, comme des petites notes personnelles, elle y contient ses sentiments, ses secrets ou ses premiers amours. On sent le vent, l’odeur des feuilles en automne, la pluie sur les carreaux du train. Car ce texte est tout empli de nostalgie, du temps qui passe et qui, malgré les souvenirs, ne sera jamais retrouvé. On retiendra particulièrement les deux premières saisons : l’été, où Rose prépare, avec sa grand-mère complice, un bel anniversaire à son grand-père (il n’a jamais pris l’avion) ; l’automne avec cette étrange promenade en compagnie de son grand-père et cette photo dans une de ses poches (Rose pense que c’est la sienne). Ces passages sont d’une très belle tendresse. On est moins convaincu par les deux derniers chapitres : l’escapade hivernale durant la nuit, l’épisode du train et les premiers émois amoureux. Il n ‘empêche que ce premier roman reste d’une belle tenue, renforcée par de belles aquarelles couleur sépia de Nathalie Novi (où l’on croise pelle mêle, le facteur de Tati, un regard dans un rétroviseur, une nature morte sur une nappe aux carrés rouges).…