Le Roman des anguilles


RÉSUMÉ

« C’est ici que le réel touche à l’invraisemblable et le rejoint pour en faire de la poésie ! »

Cette phrase liminaire, qui ouvre Le Roman des anguilles, recoupe vraisemblablement l’ensemble du projet littéraire que constitue cette trilogie oubliée, qui s’attache à décrire des créatures dont l’histoire, sous la plume du poète, étonne, dont la légende fait rêver (ou cauchemarder par endroits), dont les mœurs nous surprennent et dont l’interaction avec notre espèce induit le trouble, quand ce n’est pas le vertige.

Longtemps, le mystère des anguilles a hanté les savants. Aristote déjà, nul n’ayant à l’époque découvert d’œufs ni d’alevins d’anguilles, se demandait « avec angoisse », écrit Goffin, « où et comment elles pouvaient naître ».

Ce mystère prit, au Moyen Âge, une teinte religieuse. Les anguilles seraient-elles incréées ? Et l’énigme perdura jusqu’au XIXe siècle : comment ces créatures, qu’on pensait « insexuées », se multipliaient-elles ? Fallait-il envisager la génération spontanée ?


À PROPOS DE L'AUTEUR
Robert Goffin
Auteur de Le Roman des anguilles
Robert Goffin naît le 21 mai 1898 à Ohain, où son grand-père est pharmacien. Fils de mère célibataire, il n'hésitera jamais à évoquer ses origines (il obtiendra l'acquittement aux assises d'une mère infanticide en s'écriant qu'il a vécu la situation douloureuse de l'enfant sans père, et l'un de ses recueils de poèmes, paru en 1977, s'intitule Enfance naturelle). Sa mère est très pieuse et le destine à la prêtrise; Robert est inscrit au Petit Séminaire de Basse-Wavre. Indiscipliné, il n'y fait qu'un court séjour. Il est, en effet, renvoyé en 1916. C'est à l'Athénée de Saint-Gilles qu'il achève ses humanités classiques. Ses condisciples feront tous une carrière dans la politique, la peinture ou l'enseignement : Paul-Henri Spaak, Paul Delvaux, Georges Bohy, Marc Somerhausen, Henri Simon, Félicien Favresse. Attiré très tôt par la littérature et les courants modernistes, Robert Goffin fréquente le milieu dadaïste. Curieusement, son premier ensemble poétique est d'un étonnant classicisme. Paru en 1918, Le Rosaire des soirs est une plaquette très proche de l'esprit de Francis Jammes. L'année suivante, il s'inscrit en droit à l'Université de Bruxelles, encore installée rue des Sols, fréquente Michaux, Odilon Jean Périer, Clément Pansaers. Et puis, c'est la découverte du jazz, qui bouleverse sa vie. La passion que cette musique éveille en lui le pousse à publier dans Le Disque vert de Franz Hellens le tout premier texte consacré à ce sujet et à écrire un recueil de poèmes, Jazz-band (1922). À Paris, il fait la connaissance de Max Jacob, de Chagall et de Blaise Cendrars. Devenu avocat à la cour d'appel de Bruxelles, il n'hésite pas à créer, notamment avec Ernst Mœrman et Marcel Cuvelier, une formation de jazz dans laquelle il joue de la trompette. L'orchestre se produit avec succès au Palais des Beaux-Arts. Robert Goffin vit intensément : il devient un fidèle adepte de Paul Vanderborght et de sa Lanterne sourde, fréquente les endroits à la mode, s'adonne à la gastronomie et ne cache pas son intérêt pour les femmes. En 1928, il se marie. Six mois plus tard, son épouse est victime d'un accident qui la laissera handicapée jusqu'à son décès en 1965. Le jeune écrivain est très marqué par ce coup du sort. Tout en vouant à sa compagne une grande affection, il se lance dans une activité trépidante. En 1932, après dix longues années de silence (il a cependant écrit trois ouvrages sur le droit financier), il fait paraître Aux frontières du jazz, avec une préface de Mac Orlan. C'est la première histoire du phénomène musical qui fait fureur. Le livre connaît un grand succès public. Malgré ses activités débordantes, Robert Goffin se lance à corps perdu dans l'écriture; désormais, ses parutions seront régulières et toucheront aux domaines les plus divers, de la poésie au roman, de l'essai à la biographie, de l'étude du genre animal à l'histoire et aux souvenirs personnels. Il faut faire un choix dans cette production, abondante mais inégale. D'autant plus que Robert Goffin s'intéresse à tout et que son éclectisme pourrait remplir plusieurs vies. Durant les cinq années qui précèdent la seconde guerre mondiale, il publie treize livres : deux essais sur Rimbaud, deux romans, trois recueils de poèmes (notamment Sang bleu en 1939, chronique lyrique des dynasties européennes), trois longues études sur les anguilles, les rats et l'araignée, deux ouvrages sur l'épopée des Habsbourg et la destinée des impératrices Charlotte et Élisabeth et aussi une sorte de guide Michelin de la gastronomie : Routes de la gourmandise (1936). En moins de dix ans, l'écrivain a montré toutes les facettes de ses multiples talents qu'il ne cessera de faire prospérer. Après avoir créé un hebdomadaire contre le nazisme, Alerte, Robert Goffin se réfugie aux États-unis en mai 1940. Il y devient l'ami de tous, à Hollywood ou à Harlem, prend la défense de Léopold III dès le début des hostilités, fonde le journal pro-gaulliste La Voix de la France. Rentré au pays en 1945, il retourne à ses activités juridiques, devient président du Pen Club de Belgique. À ce titre, il voyage aux quatre coins du monde. Il consacre des études à Verlaine, à Rimbaud et à Mallarmé et se lance dans la critique poétique (Fil d'Ariane pour la poésie, 1964), écrit des romans d'espionnage et d'aventures avec une facilité déconcertante, devient un intime de Cocteau et d'Aragon. Il se passionne toujours pour le jazz (une Histoire du jazz tirée à quatre cent mille exemplaires en 1946, une étude sur la Nouvelle-Orléans la même année et une biographie de Louis Armstrong en 1947), établit le record du monde du kilomètre lancé en voiture, rédige pour le film Autant en emporte le vent des sous-titres en français. Il est vraiment partout. Il écrit maints recueils poétiques baroques et foisonnants, dans une luxuriance de paroles qui témoignent de ses emballements comme de ses colères, de ses douleurs maîtrisées comme de sa présence à l'actualité de l'art et du monde. Le Voleur de feu (1950), Filles de l'onde (1954), Sablier pour une cosmogonie (1965) et Chroniques d'outre-chair (1975) dominent cette production poétique surabondante. Après avoir publié Les Wallons fondateurs de New York (1970), Robert Goffin rédige ses mémoires. Deux volumes savoureux paraissent successivement en 1979 et en 1980 : Souvenirs à bout portant et Souvenirs avant l'adieu. On ne peut rêver meilleure introduction à une vie et à une œuvre presque légendaires, en raison de leur diversité et de l'impression de force qu'elles dégagent. Les Américains ne le surnommeraient pas en vain «The amazing Dr Goffin». (le fantastique Dr Goffin). Robert Goffin meurt à Ohain le 27 juin 1984. Il avait été élu à l'Académie royale de langue et de littérature françaises le 18 avril 1953.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le Roman des anguilles"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La Théo des fleuves

Tsiganes, roms, nègres blancs selon l’expression du poète bulgare Petria Vasli ou enfants du vent . Ce peuple paria, infréquentable, frappé d’une malédiction, dont on se méfie ; parasite dont les sociétés ont tellement souvent voulu se débarrasser, peuple méprisé dans l’ Europe florissante , chassé, persécuté. Subissant la sauvagerie destructrice et ignoble, les actes scélérats et meurtriers ; victime des sévices de tous genres au 20ème siècle, ghettoïsé, raflé, déporté, gazé sous le nazisme, interné, maltraité sous le communisme. C’est à ce peuple fier et libre, par la voix de la vieille Théodora qui aura traversé tout le siècle dernier, que Jean-Marc Turine rend un hommage vibrant et puissant dans son magnifique roman La Théo des fleuves (Esperluète). Livre qui a d’abord fait l’objet d’une pièce radiophonique sur France Culture en un feuilleton de cinq épisodes en 2011 , et qui est ici publié dans une écriture poétique et charnelle, emplie d’énergie et de vitalité – qu’on lira volontiers au son de violons tsiganes exprimant cette âme insoumise et vivante malgré les détresses et la perdition, et sa résistance tenace face à la tragédie, à la violence, au deuil douloureux et à l’oppression. Peuple banni de l’existence et cependant vivant.La vieille Théo se souvient et raconte. Presque aveugle, avec à ses pieds une enfant secrète et silencieuse, Théo est desséchée en cette fin de siècle, elle qui est née à son aube, à force d’amours perdues, de luttes et de résistances menées . Mais d’utopies aussi, de griseries, de larmes et de rires. Elle aura donc traversé le siècle et vécu plusieurs vies, errant depuis le delta du Danube, ce fleuve profond qui l’accompagnera comme un paysage intérieur, fuyant la pourriture des ghett os pour ne pas vivre le fatalisme du subissement et refuser l’asservissement, ne pas vivre l’échine courbée. Va, même sans savoir où tu vas , dit-elle, car le Tsigane ne quitte rien ni ne va quelque part, il parcourt sa demeure, les terres qu’il traverse. La foulée tsigane est une déambulation infinie .Théo a les yeux bleu pétrole, les cheveux noirs, la peau sombre de son peuple ; elle a appris à lire et écrire pour voir autrement le monde et renoncer à la peur , pour se libérer des conventions d’abord et échapper à un mari et un père qui lui a imposé un mariage. Elle a pour viatique essentiel le livre de sa mère celui qu’elle m’a donné à ma naissance et que j’ai donné à mes enfants le jour de leur naissance, la vie. Mon livre rendu fertile par la terre sur laquelle je marche en traversant les saisons . Viatique de l’amour aussi, celui d’Aladin, le violoniste inventeur de rêveries sur l’Ile aux Oiseaux, et qui l’accompagnera toute sa vie malgré les séparations et les distances, malgré les malheurs. Près d’eux, Nahum, l’enfant perdu, enfant au couteau et à la mémoire vide , qu’elle recueillera puis abandonnera pour suivre une chimère, dira-t-elle, et qui trouvera sa voie dans le cirque. Et puis, il faut parler des blessures terribles et tragiques, la jeune Euphrasia violée par les milices et détruite à jamais, ou Carmen, l’enfant de sa chair à elle, Théo, morte lentement de faim dans les camps, voire encore ses poèmes jetés au feu comme une négation d’elle-même et de l’amour, ou encore la rééducation qu’elle subit et la stérilisation, l’emprisonnement et le travail forcé, la survie au néant . Mais évoquer aussi cette errance magnifique par les mers sur ce bateau fantastique – le Sâmaveda , rebaptisé La Théo des fleuves – auprès d’un équipage et capitaine de haute poésie et qui la fera renaître à elle-même.Théo ou la puissance d’un fleuve.  Son livre de douleurs et de vie mêlées, que l’on referme pris aux entrailles par sa force et justesse, sa poésie lancinante et mélancolique, belle et fantasque parfois. Un chant, au fond, ou une danse autour d’un feu pour dire, au-delà des misères et des dépouillements, la beauté de la terre et des fleuves, les fruits et l’amour, l‘eau, les enfants, ou la fertilité du partir et les forces du vivant. Éric Brucher La vieille Théodora ne marche plus, elle ne voit plus. Mais elle se souvient et raconte. Elle nous parle de sa vie, de ses rencontres, ses amours, ses espoirs, mais aussi ses errances, ses drames et ses désillusions. Théodora est une enfant du fleuve. Née Rom, elle a voyagé au gré des vents. Traversant le temps, elle a vécu plusieurs vies. Née à l’aube du XXe siècle, elle le traverse tout entier. Temps de guerres, de communisme, d’oppressions répétées, l’histoire des Roms se révèle au fil du roman et se confond avec celle du siècle. Naître femme, c’est s’exposer à la tutelle des pères et des maris, Théodora le comprendra vite. Tout comme elle pressentira aussi que par la lecture et l’écriture, elle échappera à la fatalité. Aladin, le tendre amant, Nahum, le fils d’élection, Joseph, le marin, croiseront sa route. Personnages lumineux, ils partageront un temps sa vie avant qu’elle ne reprenne la route et construise sa destinée. La force du travail de Jean Marc Turine, depuis ses premiers textes, réside dans son souci de donner la parole aux sans-voix, aux opprimés, aux victimes et de se dresser, sans relâche, contre la guerre et l’exclusion. Par une écriture juste et engagée qui donne de la force à ce récit, il dénonce l’exil forcé, les brimades, l’injustice... Les voix du récit s’entremêlent pour nous emporter dans une histoire forte et entière, qui ne laisse pas le lecteur indifférent et le pousse à reconsidérer…

La pluie à Rethel

Un homme, assis à une table, écrit des mots sur une feuille. Il se…