Le jour où je suis allée à la grande école


RÉSUMÉ

Avant, j’étais en maternelle. Mais ce matin, je commence l’école primaire. Je promets à mon petit frère Max : « Abracadabra, à partir de ce soir, c’est moi qui te lirai des histoires. » La cour d’école se remplit d’enfants et de bruit, j’ai mal au ventre. Après la sonnerie, je suis pressée de raconter la fille au manteau rouge, les raisins secs et les tatous au fluo. Au moment d’aller au lit, Maman apporte un livre. « Mais, je ne sais pas encore lire ! » Alors, Maman m’explique qu’apprendre à lire c’est comme danser, à petits pas.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Martina Aranda
Auteur de Le jour où je suis allée à la grande école
Née dans une petite ville maritime à côté du Maroc, Martina Aranda a d’abord suivi des études de droit à Barcelone. Puis, après s'être installée en Belgique, elle s'est lancée dans des études d’illustration à l’Académie royale des Beaux-arts de Bruxelles. Elle adore observer les attitudes des enfants et les mettre au cœur de son travail de création.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le jour où je suis allée à la grande école"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Marcel et Odilon

Vous êtes-vous déjà amusé(e) à compter les pois d’une bête à bon dieu ? Toutes dotées de…

Et si les dinosaures existaient encore !

L’histoire débute avec une sortie dominicale. Toute…

Le souffle de ma Mamie

Au fond de son armoire, une petite fille découvre un ballon tout plissé. Un restant de fête d’anniversaire, une trace d’un souvenir. C’est sa grand-mère, disparue depuis peu, qui l’avait gonflé. Alors, cette enfant imagine le chemin que pourrait emprunter le souffle de sa Mamie si elle le laissait s’échapper. Au fil des pages, c’est un voyage tout en délicatesse comme une plume qui s’envole qui emporte avec lui le lecteur et ses pensées. Cet album aborde avec poésie et pudeur les thèmes de la mort, du deuil et du retour à la vie. Il est judicieusement écrit à la première personne du singulier. Ce « je » permet aux plus jeunes lecteurs de s’identifier au personnage. Les teintes dominantes utilisées par Catherine Metzeyer passent des couleurs froides aux chaudes en fonction des émotions véhiculées dans l’histoire. Chaque double page permet également de voyager à travers les yeux de cette petite fille qui va peu à peu laisser reprendre le cours de sa…