Le grand voyage d'Alice


RÉSUMÉ

Gitarama, 1994, dans la province du Sud au Rwanda. Alice, 5 ans, vit une enfance paisible auprès de ses parents et ses petites soeurs. Sa vie va basculer lorsque le génocide des Tutsis éclate et qu’elle se retrouve ensuite contrainte de quitter son village avec les siens.
Avec sa famille de Hutus, il lui faudra fuir devant l’avancée des troupes du FPR sur les routes brûlantes de la République démocratique du Congo – le Zaïre, à l’époque.
C’est dans ce climat qu’elle grandira, au milieu de camps de réfugiés, retrouvant parfois une vie presque normale avant de nouvelles attaques, une nouvelle fuite et la mort qui rôde, toujours…
Si au début de son exil, la jeune enfant part avec toute sa famille, c’est accompagnée de sa seule sœur Adeline qu’elle terminera son périple, à l’ouest du Zaïre, ignorant si ses parents sont encore en vie. Elle finira par se retrouver isolée et par être rapatriée au Rwanda en novembre 1997…
Gaspard Talmasse livre ici un témoignage singulier, empreint d’émotion et d’une grande justesse, celui de son épouse.
Pour raconter cette odyssée de plusieurs milliers de kilomètres, l’auteur choisit d’adopter le regard d’enfant d’Alice, afin de retranscrire au mieux sa vérité.


COUPS DE CŒUR ET SÉLECTIONS

PRIX
  Prix Médecins Sans Frontières, 2021

À PROPOS DE L'AUTEUR
Gaspard Talmasse
Auteur de Le grand voyage d'Alice
Gaspard Talmasse est un artiste belge né en 1986 et diplômé en arts plastiques à l’Institut Saint-Luc de Liège, option bande dessinée. Depuis, il se consacre principalement à réaliser des illustrations en free-lance et des bandes dessinées. En 2010, il est dessinateur et coloriste sur le film d’animation de Patrice Leconte Le Magasin des suicides, puis travaille en 2012 sur la série animée Petz. En 2016, il illustre Ma famille 3+1 = 7, puis Pilou, tous les soirs du monde aux Éditions de la Bagnole. Depuis février 2018, il collabore régulièrement avec Otra Vista en tant que storyboarder, réalisateur et animateur de dessin animé. En novembre 2021, il sort une bande dessinée intitulée Le Grand Voyage d'Alice. Lauréat d'une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Bourse d’aide au projet, 2019

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le grand voyage d'Alice"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L'élastique japonais (tome 5)

Un petit rhinocéros perdu dans la savane... Que va-t-il faire ? Ses lubies et ses états d'âme d'une grande poésie ridicule...

Klimt

Vienne, 1907. Le peintre Gustav Klimt rend visite aux époux Bloch-Bauer. Ferdinand demande alors à Gustav de réaliser le portrait de sa femme, Adèle ; requête entraînant un flashback. Six ans auparavant, alors que Klimt essuyait des critiques acerbes au sujet de son œuvre La Médecine , il a rencontré ce couple, admirateur de son génie et dont la femme l’a prié de lui ouvrir les portes de son atelier. Au même moment, l’artiste recevait en rêve l’inspiration pour son prochain tableau. C’est par ce prisme que l’on entre dans l’univers de l’artiste : son atelier, ses modèles, sa mère, sa compagne, Émilie, mais aussi ses rêves, ses angoisses, ses sources d’inspiration en somme. L’histoire narrée en bande dessinée par Cornette et Marc-Renier est une tranche de vie, prétexte à l’évocation du peintre, de son style, de son époque et de l’avant-gardisme dont il y faisait preuve. L’idée est en effet plus de mettre en avant ses particularités que de réaliser sa biographie. Le récit est assez simple et aurait peu d’intérêt sans l’aspect « inspiré de faits réels », mais n’en est pas moins cohérent et bien rythmé.Les dessins sont soigneusement détaillés. Le rendu est classique, avec un crayonné assez fort accentuant les sujets principaux. Les travaux de Klimt évoqués sont réinterprétés plutôt que cités et le résultat est réussi et efficace : le redesign des œuvres permet une intégration fluide dans les cases tout en invitant à les découvrir sous un angle neuf.Le récit principal est suivi d’un court cahier didactique sur Gustav Klimt. Il complète la bande dessinée en développant quelques sujets qu’elle évoque. On y voit notamment des reproductions des œuvres évoquées dans l’album. Ainsi, le lecteur a à portée de main de quoi satisfaire sa curiosité, titillée par l’histoire racontée en images et phylactères.La bande dessinée Klimt est une introduction sympathique à l’œuvre de l’artiste. Les connaisseurs n’apprendront probablement pas grand-chose, là où les néophytes apprécieront l’accessibilité du propos et les informations proposées en fin d’ouvrage. Les visuels soignés plairont aux amateurs de bande dessinée traditionnelle, alors que l’histoire…