Le Gouverneur oublié


RÉSUMÉ
Pièce de théâtre en trois actes.Juillet 1940! Dans les Ardennes, un homme face à son destin.Le Roi et le Gouvernement se déchirent, le pays est désorganisé. Une partie importante de la population fuit l'occupant.Accepter une fonction importante dans la gestion du pays sous le joug des nazis? Obéir ou désobéir? Dilemne.Voici l'histoire d'un homme qui, pressenti pour prendre en charge le poste de Gouverneur de la Province de Luxembourg, eut à affronter…
  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Bernard Caprasse
Auteur de Le Gouverneur oublié
Avocat successivement au Barreau de Bruxelles et de Marche-en-Famenne (1972-1996), Bâtonnier de l'Ordre des Avocats de Marche-en-Famenne (1985-1986), Conseiller communal de Vielsalm (1976-1978 et 1983-1986), Conseiller provincial du Luxembourg (1977-1987), Député Permanent du Luxembourg (1979-1981), Gouverneur de la Province de Luxembourg (1996- 31/01/2016).Auteur de commentaires scientifiques dans le "Journal des Tribunaux du Travail" et d'une vingtaine de textes, notamment destinés au Conseil provincial du Luxembourg.Le dernier s'intitule "Brêves mémoires du futur : pour la génération Z "Bernard Caprasse effectue ses trois dernières années d'humanité au Collège d'Alzon à Bure. Interne rentrant chez ses parents vingt-quatre heures une fois toutes les trois semaines.Le sport, la lecture et le théâtre seront ses dérivatifs.Le théâtre le passionne, il jouera successivement dans "L'Aiglon" d'Edmond Rostand , "Meurtre dans la cathédrale" de T.S Eliot, "Les Cyclones" de Jules Roy. La mise en scène était assurée par le Père Gaston, sous la supervision de Bernard Faure qui incarnera de longues annnées le personnage de Monsieur Zigo à la RTBF.Cette réminiscence de la prime jeunesse n'est pas innocente dans le choix du genre littéraire, le théatre, plustôt que le roman par exemple, pour évoquer le thème du "Gouverneur oublié".

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le Gouverneur oublié"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Bruxelles, printemps noir suivi de Scandaleuses suivi de 1953

Conçues à des moments et dans des contextes bien différents, les trois pièces ici rassemblées témoignent du parcours théâtral de Jean-Marie Piemme, de son évolution et de la diversité de son travail. Créée par Philippe Sireuil au Théâtre des Martyrs, Bruxelles, printemps noir prend pour thème les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016. Jean-Marie Piemme avait conçu une fiction sur le thème des attentats avant que n’aient lieu ceux de Bruxelles et il a réécrit son texte en tenant compte de cette nouvelle réalité traumatique et des multiples réactions qu’elle a engendrées. Scandaleuses (1994), sa cinquième pièce, gravite autour du personnage d’Anna, actrice passionnée d’elle-même autant que de son art, qui vit au rythme de ses caprices, mais aussi de son profond désir d’absolu. Jean-Marie Piemme entraîne ici le spectateur dans une méditation sur la théâtralité inhérente à toute existence humaine. Dans 1953, écrite quatre ans plus tard, la réflexion sur le théâtre passe à l’arrière-plan, au profit d’une interrogation sur l’histoire de l’après-guerre en Belgique et sur la complexité des « chemins…

Le cocu magnifique

Depuis le temps qu’on se marie, il y a des cocus de toute espèce.…