Le fils de l´ombre



À PROPOS DE L'AUTEUR
Michel Torrekens
Auteur de Le fils de l´ombre
Michel Torrekens est né en 1960. Cependant, il est bien connu qu'on devient un homme au service militaire. C'est pourquoi on peut peut-être faire démarrer la biographie de Michel Torrekens avec... son objection de conscience. Après des études de philologie romane et une formation de bibliothécaire, il quitte en effet l'univers du livre pour aller à la rencontre de la misère, de la souffrance, de l'abandon et de la violence dans un home pour adolescents, puis dans une maison pour enfants où il est amené à travailler. Ces années sont décisives. Le choc est brutal, le monde se révèle tel qu'il est. Il est bien connu d'autre part que les voyages forment la jeunesse. Michel Torrekens poursuit donc sa formation personnelle par un séjour prolongé en Allemagne. Nous sommes en 1985 : c'est l'époque des grands débats de société, l'Allemagne se place aux avant-gardes des recherches et des revendications sociales et écologiques. Fort de cette double expérience, Michel Torrekens entre quelques années plus tard au Ligueur où son attention aux problèmes sociaux trouve un lieu d'expression et d'investigation privilégié. Il a pu de la sorte travailler récemment sur les droits de l'enfant (Cahier Petit Ligueur n° 13) ou sur les problèmes de Clabecq et mener quelques grands reportages en Égypte et au Pérou. Militant d'organisations comme Amnesty International, Michel Torrekens, qui depuis, s'est marié et est père de deux enfants, se révèle non moins actif dans la critique littéraire puisqu'il collabore régulièrement aux revues Indications et Brèves, mais aussi aux... Dossiers L. Pour en savoir plus : http://mtorrekens.ibelgique.com

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le fils de l´ombre"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Ni pardon, ni talion : la question de l'impunité dans les crimes contre l'humanité

Une analyse critique de la justice en matière de crime contre l'humanité. Selon l'auteur, à la fois nécessaires et insuffisantes, les institutions judiciaires ne peuvent être que le point de départ d'une lutte plus vaste contre la barbarie universelle, fondée sur un consensus sur le droit de l'être humain, une éducation…