Le chant des loups


RÉSUMÉ

Dans la cosmogonie d’Alice Liénard, les animaux vivaient jadis « au rythme des étoiles et de la lune ». Les loups, qui les protégeaient, chantaient pour eux et leur racontaient des histoires. L’arrivée des « deux pattes » sonna la fin de cette vie paradisiaque. Tristesse, silence et nuit noire. Les uns après les autres les loups furent exterminés. Les survivants quittèrent la forêt en emportant histoires et chansons. Marine Schneider a déjà exprimé à maintes occasions le plaisir…

  lire la suite sur  Littérature de jeunesse

À PROPOS DE L'AUTEUR
Marine Schneider
Illustrateur de Le chant des loups

Née le 20 mars 1991 à Anderlecht

Master en Beaux-Arts - option illustration, LUCA Schools of Arts, Gand

Inspirée par mes voyages, le plus souvent dans le Nord, c’est en mêlant plusieurs techniques telles que la gouache, le crayon, l’acrylique, le pastel, le pochoir et parfois le collage que je réalise mes images, souvent très colorées. Je me laisse également inspirer par le monde qui m’entoure pour écrire des histoires, simples, mais (je l’espère) poétiques et dans lesquelles il est facile de se retrouver. Lauréate d'une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Découverte, 2016

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le chant des loups"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Eva ou le pays des fleurs

A l’heure où les enfants s’en vont au doux pays des rêves, Eva, elle, commence son travail... Eva vend des fleurs aux couples de la nuit. Eva n’a plus de parents, plus d’amies. Elle promène ses dix ans sous les néons et, au petit matin, elle retrouve Momo... Ce livre a reçu la Pomme d’or à la biennale…

1, 2, 3 Marelle à doigts

-..À quoi ? – Mais à la marelle ! La marelle ! …craie dans une main, caillou…

Le souffle de ma Mamie

Au fond de son armoire, une petite fille découvre un ballon tout plissé. Un restant de fête d’anniversaire, une trace d’un souvenir. C’est sa grand-mère, disparue depuis peu, qui l’avait gonflé. Alors, cette enfant imagine le chemin que pourrait emprunter le souffle de sa Mamie si elle le laissait s’échapper. Au fil des pages, c’est un voyage tout en délicatesse comme une plume qui s’envole qui emporte avec lui le lecteur et ses pensées. Cet album aborde avec poésie et pudeur les thèmes de la mort, du deuil et du retour à la vie. Il est judicieusement écrit à la première personne du singulier. Ce « je » permet aux plus jeunes lecteurs de s’identifier au personnage. Les teintes dominantes utilisées par Catherine Metzeyer passent des couleurs froides aux chaudes en fonction des émotions véhiculées dans l’histoire. Chaque double page permet également de voyager à travers les yeux de cette petite fille qui va peu à peu laisser reprendre le cours de sa…