RÉSUMÉ

Les aventures de Hulk Hogan, d'une femme à barbe bleue et d'un orthodontiste criminel.


À PROPOS DE L'AUTEUR
La « S » Grand Atelier + Frémok KNOCK OUT ! Collectif
Auteur de L'amour dominical
La Collection Knock Out accueille les ouvrages publiés en co-éditions entre le collectif Frémok et La "S" Grand Atelier à Vielsalm.Travaux issus des pratiques mixtes entre artistes contemporains et artistes porteurs d'un handicap mental, ou monographies de ces derniers, Knock Out est un nouveau territoire pour les éditions FRMK.
Dominique Goblet
Auteur de L'amour dominical
Dominique Goblet est sans conteste un nom emblématique de cette nouvelle génération d’auteurs belges francophones. Elle participe de 1991 à 1995 à la fondation du groupe Frigoproduction (qui deviendra plus tard Fréon-Frémok) et commence à approcher la bande dessinée au travers de nombreux récits courts publiés dans diverses revues. Dominique Goblet publie pourtant peu, comme la plupart des membres de Frémok. Abordant l’autobiographie par son côté le plus universel, cette bruxelloise fait de chacun de ses livres une œuvre signifiante et majeure. Changeant sans cesse de technique pour épouser au mieux son propos, jouant tant sur la page et sur le lettrage que sur le rendu de la matière pour faire passer ses émotions, Dominique Goblet privilégie sans cesse la clarté narrative. Paradoxalement, ses histoires procèdent d’une intense réflexion sur les outils du récit et la manière de l’aborder.

En 2008, Faire semblant c’est mentir (L’Association), qui racontait son enfance et son rapport à ses parents, est nommé à Angoulême, il reçoit la même année le Prix international de la Ville de Genève. En 2011, Dominique Goblet est à nouveau nommée à Angoulême pour Chronographie (L’Association), un livre d’images croisées réalisé avec sa fille, Nikita Fossoul. Pendant dix ans, mère et fille se sont dessinées régulièrement. Le livre participe d’une autre face de son œuvre, plus expérimentale, celle des récits dans lesquels elle déstructure la narration.

Parallèlement à ses livres à caractère autobiographique, Dominique Goblet peint, parfois sur de très grands formats, et interroge le rapport entre narration et émotions picturales. Dans Les Hommes loups (FRMK, 2010), elle joue sur les menaces sourdes pesant sur nos existences et sur le sens amené par la juxtaposition d’images dont elle aime décliner le caractère répétitif jusqu’à l’obsession. Cette grande voyageuse remplit par ailleurs des dizaines de carnets depuis plus de vingt ans, où le dessin et le texte composent de véritables toiles.

Dominique Goblet a par ailleurs été choisie par l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême comme lauréate pour l’année 2010. Elle est aujourd’hui professeur invité à l’ERG, l’École de Recherche Graphique de Bruxelles. (T.B.)


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

À la fois drôle, déchirant, sublime, rocambolesque, l’étonnant Amour dominical s’est élaboré sur près de douze ans. Dans ce foisonnant album réalisé à quatre mains, deux types de récits cohabitent, alternant l’un avec l’autre. D’une part, les écrits autobiographiques de Dominique Théate. Les textes de cet artiste brut, porteur d’un handicap mental, sont accompagnés des dessins de Dominique Goblet, autrice de bande dessinée (à qui l’on doit, entre autres, Faire semblant c’est mentir), artiste plasticienne et enseignante. D’autre part, un récit fictionnel qu’ils ont réalisé ensemble autour de l’imaginaire et des dessins de Dominique Théate, et qui narre les histoires de bagarre et d’amour du célèbre catcheur Hulk Hogan et de la séduisante…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "L'amour dominical"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...