Bidouille et Violette : La ville de tous les jours (tome 4)


RÉSUMÉ
Les amours de Bidouille et Violette deviennent de moins en moins clandestines, sauf auprès de leurs parents, qui n’apprécient pas outre mesure les crises d’adolescence que cela engendre. Amoureux fou de Violette, Bidouille est prêt à la suivre partout, pour ne pas passer pour un pleutre ou un rabat-joie. Passe encore d’aller au cinéma voir des navets, ou de se montrer en maillot de bain à la piscine (devant ses copines en plus), mais Violette a l’étrange idée de marcher sur les…
  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Bernard Hislaire (Yslaire/Sylaire)
Auteur et illustrateur de Bidouille et Violette : La ville de tous les jours (tome 4)

Bernard Hislaire est né à Bruxelles le 11 janvier 1957. Il débute à Spirou à 17 ans. A partir de 78, il signe sa première série de bandes dessinées, Bidouille et Violette, chronique d’un amour adolescent, 'mélancomique' comme dirait Gainsbourg. En 86, il entame la saga culte des Sambre en collaboration avec Balac, et la poursuit seul depuis le deuxième tome. Parallèlement, il s’initie au dessin d’humour en collaborant hebdomadairement à la Libre Belgique (de 82 à 84) et au Trombone illustré. Il entame aussi une carrière de graphiste et, après avoir réalisé le générique d’une émission RTBF, conçoit notamment la communication visuelle du Rideau de Bruxelles et de l’ex-Théatre Impopulaire. En septembre 97, il organise avec l’architecte Francis Metzger, la scénographie des journées du patrimoine 97 pour la commune de Schaarbeek et la décoration d’un mur rue des Chartreux pour la ville de Bruxelles. En 1998, il conçoit la décoration d’un mur d’Angoulême. De même, le bureau d’architecture DMA-Bgroup associés à la SNCB lui confie la décoration des quais de la Gare Centrale, à rénover pour 2005. Depuis 1986, il entretient une collaboration privilégiée avec l'éditeur Champaka (www.champaka.be) et y développe un champ d'expérimentation graphique et visuel sous forme d'illustrations sérigraphiées et de tirages limités. En février 97, il ouvre sur le Web 'mémoires du XXe ciel' (en collaboration avec la psychanalyste Laurence Erlich), tentative d’ Histoire du siècle qui s’achève, à travers le regard d’un Ange muet et de son interprétation par une vieille thérapeute, Eva Stern. Les éditions Humanoïdes Associés feront paraître quatre tomes de ' XXe Ciel.com' respectivement en janvier 2000, janvier 2001 et novembre 2004. En 2002, il signe le scénario des 'Trois vierges' pour Jean-Louis Boccar qui paraissent en janvier 2003 aux éditions Glénat. En septembre 2003, la série Sambre reprend un nouveau souffle avec la publication du tome 5, inaugurant un nouveau cycle et la réédition des précédents titres dans une nouvelle maquette.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Bidouille et Violette : La ville de tous les jours (tome 4)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le Chat au Congo

Le Chat, être égocentrique, cartésien, philosophe de l'absurde et soliste de l'autodérision,…

Le jardin des désirs

Mickey Loverose fait le récit de ses conquêtes féminines.…

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…