La princesse des glaces


RÉSUMÉ
Adapté du roman de Camilla Läckberg, cette bande dessinée nous plonge dans la première des enquêtes d’Erica Falck et du commissaire Patrik Hedström. Affaire à suivre...

À PROPOS DE L'AUTEUR
Léonie Bischoff
Illustrateur de La princesse des glaces
Autrice suisse installée à Bruxelles où elle a suivi les cours de l'Institut Saint-Luc en bande dessinée, Léonie Bischoff commence à publier dans des ouvrages collectifs avant de réaliser ses premiers albums solo, Princesse Suplex ( Ed. Manolosanctis) et Hoodoo Darlin' ( Ed. Casterman ). Elle poursuit ensuite avec une trilogie d'adaptation de Camilla Läckberg ( La Princesse des Glaces, Le Prédicateur, et Le Tailleur de Pierre ), toujours chez Casterman, avec O. Bocquet au scénario, puis La Naissance de la Bible avec Thomas Römer dans la collection Petite Bédéthèque des Savoirs chez Le Lombard. Elle prépare actuellement un nouveau projet solo chez Casterman, Sous la mer des mensonges, à paraître à la rentrée 2020. Elle fait partie des membres fondateurs de l'Atelier Mille où elle travaille depuis 2011.  

Interview culte de Léonie Bischoff dans le Belazine


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La princesse des glaces"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…