La perte du temps


RÉSUMÉ

 Un recueil de poèmes où il est fait référence aux anciens cultes grecs et aux philosophies de l’Inde et du Japon.

  lire la suite sur  Bela

PRIX
  Prix Théophile-Gautier, 2016  Prix Mallarmé, 2015

À PROPOS DE L'AUTEUR
Werner Lambersy
Auteur de La perte du temps
Né à Anvers en 1941 et décédé à Paris en 2021, Werner Lambersy est un poète belge d'expression francophone. Il choisit d'écrire en français bien qu'il soit issu d'un milieu néerlandophone : acte de résistance et d'antifascisme (par rapport à son histoire personnelle), dit-il, dont l'emblème inconscient guide toute son écriture, comme nous l'indiqueront les notes de synthèse et le rôle qu'il assigne à l'écriture poétique. De ses voyages en Orient, Lambersy retire une vision cosmogonique omniprésente dans sa recherche poétique : elle fait aussi bien référence aux anciens cultes grecs ou romains qu'aux philosophies de l'Inde ou du Japon. Quant à la pensée chinoise, Lambersy lui est redevable d'un certain sens pratique, de la notion qu'y jouent les objets et de la sérénité incarnée dans le sens de leurs usages ou de leur contemplation. De la pensée extrême-orientale, Lambersy retire aussi ce sens des distances, des blancs entre chaque fragment du discours ou de la pensée, et d'une recherche architecturale tour à tour dépouillée et complexe. Dans la pensée chinoise, Lambersy découvre le sens du concret et l'attention accordée à une leçon de vie pratique plutôt qu'aux spéculations intellectuelles. L'écriture poétique de Lambersy est un amalgame entre deux types de sensibilité, qu'il réussit à marier : l'occidentale, où la pensée philosophique et l'aphorisme comme le recours à des termes abstraits qualifie le style ; l'orientale, où le poète puise, plus qu'une philosophie, le sens d'un formalisme et d'une pensée paradoxale qui imprègnent toujours plus son écriture jusqu'à lui donner, comme dans L'Arche et la cloche, le Prix Maurice Carême 1988, un équilibre abouti. Après avoir exercé divers métiers, Werner Lambersy fut pendant de nombreuses années attaché littéraire au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris. Son œuvre est traduite dans plus d'une dizaine de langues et il a reçu de nombreux prix. 

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La perte du temps"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L'élève Ducobu Vol 4. La lutte des classes

La vie à l'école n'est pas un long fleuve tranquille. Pour certains, l'année scolaire est même plutôt celle de tous les dangers.La vie à l'école n'est pas un long…

Sac à puces Vol 3. Gare à ta truffe !

Sac à Puces, le chien de gouttière, a-t-il enfin trouvé un foyer ? Suite à un cambriolage, la famille Duchêne est décidée à accueillir un protecteur canin. Mais le papa de Margot a sélectionné…

Cent fois sur le métier

• Boileau: “Vingt fois sur le métier” (Art poétique) • Ponge: “Une rhétorique par…