La notification




À PROPOS DE L'AUTEUR
Frank Andriat
Auteur de La notification
Né le 30 mars 1958 à Ixelles, Frank Andriat a fait ses études à l'Athénée Fernand Blum de Schaerbeek, Il y a lancé, en 1973, une revue littéraire, Cyclope qui a publié de nombreux textes d'auteurs belges et étrangers; il a poursuivi ses activités d'animateur de revue à l'Université de Bruxelles où il a fait des études de philologie romane. Cyclope s'est transformé en maison d'édition et a publié des textes de Jean Muno, de Thomas Owen, d'Albert Ayguesparse, de Jacques Crickillon et d'autres écrivains de notre Communauté parmi lesquels André Miguel, JeanPierre Verheggen et Jacques-Gérard Linze. Parallèlement à ces activités, il a collaboré à de nombreuses revues littéraires dont 4 Millions 4, Marginales, Le journal des poètes.En 1980, il est devenu professeur de français à l'Athénée Fernand Blum où il enseigne encore aujourd'hui. Il passe le reste de son temps en Gaume où il écrit.Frank Andriat est entré en littérature, en 1976, avec deux recueils de poèmes, Oiseaux de sang et À la source du regard qui ont été couronnés par l'Académie Royale de Langue et de Littérature françaises. Il s'est ensuite tourné vers le fantastique et a écrit plusieurs nouvelles et des romans policiers avec Smit le Bénédicte, alias Mythic. Dans les années qui ont suivi, il a publié des poèmes, des nouvelles, des récits avant de connaître un beau succès avec le Journal de Jamila, en 1986. Depuis lors, ses livres ont une diffusion plus large, tant auprès des adultes que des adolescents. Outre des romans et des recueils de nouvelles, il a traduit, seul et avec Pilar Zapico, des textes de l'espagnol, Il a aussi écrit un ouvrage sur la bande dessinée en collaboration avec Arnaud de la Croix et, avec ses élèves, un document sur Jean-Jacques Goldman.La consécration populaire de Frank Andriat en milieu scolaire fit suite au très grand succès de son roman La remplaçante paru aux Éditions Memor en 1996. Et voici l'auteur, quatre ans plus tard, à contre cœur, par manque de disponibilité, obligé de décliner les nombreuses demandes de visites dans les classes. Qu'à cela ne tienne, le site internet de Frank Andriat fourmille d'informations pour qui souhaiterait le frôler.En 2000, Frank Andriat a été choisi par l'IBBY, association internationale de littérature pour la jeunesse, pour représenter la Belgique sur sa liste d'honneur.Lisez sur le web : www.frankandriat.com

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La notification"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L'ours

Pour écrire, une femme veut devenir chaste. Armée de ce projet étrange, elle rencontre un prêtre. Lecteur passionné, ami jaloux et caustique, il l´entraîne au travail d´écriture. Inconscient du trouble qu´il provoque, il réveille en elle le souvenir d´un amour d´enfance : celui qu´elle a éprouvé pour Blas, le guide de montagne, averti avant tous de l´invisible présence de l´ours. Femme, 40 ans, milieu aisé, mariée, deux enfants, un amant qu’elle vient de quitter, souhaite devenir chaste pour se consacrer pleinement à l’écriture. Contrairement à celle qui figurait dans  La nuit, l’après-midi ,  où l’héroïne répondait à une invitation sadomasochiste, cette petite annonce n’apparaît pas telle quelle dans  L’ours,  dernier roman de Caroline Lamarche, mais demeure à l’état de vœu que se formule la narratrice. Pourtant, son appel sera entendu : par un prêtre qui a lu son précédent roman et lui écrit à ce propos une lettre suffisamment pertinente pour lui donner envie de le rencontrer. Appel para­doxal à priori (nul n’a besoin de personne pour ne pas faire l’amour), mais qui se ré­vèle nécessaire comme mise à l’épreuve. Fable d’un autre temps ? Ce prêtre est un universitaire brillant, fin lettré, mais qui n’occupe qu’une chaire de vérité dans une petite paroisse de campagne. Il habite un presbytère à l’ancienne, que de grands arbres mettent à l’abri des regards et des morsures du soleil et qu’il partage avec quelques étudiants. L’écrivain et le prêtre se rencontrent, sympathisent immédiatement, approfondissent leur amitié au fil de longues promenades, de conversations intenses, de séance de lecture où elle lui livre les textes sur lesquels elle travaille, rien de plus, mal­gré affinités. Si l’homme (qui ne sera jamais nommé autrement que le prêtre) ouvre à la femme la porte de sa chambre, c’est pour lui permettre de rejoindre la thébaïde du pres­bytère, où elle poursuivra l’écriture de son roman. Lui-même se repliera dans une petite pièce sous les combles. Chaste : il n’a jamais éjaculé, même durant son sommeil, va-t-il jusqu’à confier à la narratrice. Pourtant, un jour, elle commence à se dévêtir devant lui, jusqu’à ce qu’il arrête son geste, trop lourd à supporter. Pourtant, la tête appuyée sur les cuisses maigres du prêtre, elle sentira soudain « le sexe le plus réactif, le plus dur, le plus énorme [qu’elle ait] jamais connu ». Mais qu’elle ne connaî­tra jamais autrement, même s’il l’obsède. Une décision épiscopale mettra un terme à cette passion inaccomplie. Pour répondre au manque de personnel ecclésiastique, le prêtre est muté à un autre poste. Malgré les prières de ses amis, il obéira à sa hiérarchie, comme il l’a toujours fait. L’année scolaire se termine. Les étudiants, dont la narratrice avait appris à partager la compagnie et les rêves fervents, mettent la dernière main à leurs travaux avant de rejoindre leurs fa­milles ; la vieille maison de curé se vide peu à peu de ses meubles et de ses occupants. Au moment de le quitter, la narratrice montre au prêtre deux cartes postales qu’un des étudiants lui a envoyées, des reproduc­tions de tableaux d’Egon Schiele. L’un s’in­titule  La jeune fille et la mort  et représente une femme enlaçant avec fougue un moine décharné. L’autre montre un couple faisant l’amour, des corps nus et ardents. C’est cette dernière image que le prêtre empor­tera avec lui. La fable émeut, ne serait-ce que par le por­trait, admirable de subtilité, qu’elle donne du prêtre et des relations qu’il noue avec son entourage. Elle pourrait aussi bien prêter à sourire par ses allures de « roman provin­cial » aux préoccupations d’apparence dé­suète. A trop s’y attarder, cependant, on passerait à côté du travail littéraire qui donne à  L’ours  sa pleine signification. Car l’histoire n’est qu’un élément du vaste ré­seau symbolique dont le livre déploie la car­tographie. Rêves, souvenirs, images, analogies, corres­pondances : tout concourt à déporter sans cesse le texte vers un au-delà de lui-même, « part maudite », nœud secret de violence, au plus près du combat que se livrent élan vital et pulsion de mort. C’est là sans doute que se cristallise la divergence fondamentale entre le prêtre et la narratrice, en même temps que se noue leur passion. Désir, ou­verture sensuelle sont omniprésents dans son monde à elle, à commencer par les fleurs qu’elle lui donne lors de leur premier rendez-vous, lupins qui se dressent comme des serpents, pivoines au cœur « lisse, fendu en son milieu », en tentation de sexe offert. Dans l’univers du curé, au contraire, le corps n’a pas la moindre place. Et le désir de chasteté, pour la romancière, est encore une façon de se rapprocher de la vie, par l’écriture. Mais pour le prêtre ? Une autre trame narrative se déroule en contrepoint à la première, et éclaire le sens à donner à cette question. Elle est consti­tuée de souvenirs d’enfance que la narra­trice rapporte par fragments. Jusqu’à l’âge de quinze ans, elle a passé toutes ses va­cances en Espagne, vivant dans un chalet que sa famille partageait avec Blas, un guide de montagne qui les accompagnait dans leurs promenades, et sa petite fille Mariuca, chargée des tâches ménagères. La jeune va­cancière était éperdument amoureuse de Blas et s’était fait de Mariuca une amie. Un jour, le guide leur avait signalé la présence d’un ours, mais elle-même n’avait rien vu, qu’un buisson violemment agité. Scène dé­risoire, mais fondatrice pour l’enfant : comme la vision d’un buisson ardent et l’intuition fulgurante du lien qui unit le désir le plus extrême et la mort. A ses côtés, Mariuca semble partager sa conscience se­crète. Ce n’est qu’au terme du roman que l’on comprend que l’expérience fondatrice, et destructrice à la fois, de cette dernière était tout autre, quand on apprend son sui­cide à quinze ans et qu’on devine (car la ro­mancière a le talent de suggérer, plutôt que de nommer) que le beau guide dont l’une était amoureuse était pour l’autre un père abuseur. Laissons le dernier mot à la narratrice, quand le prêtre est parti et qu’elle retourne à son écriture : « Je redeviens petite, je rede­viens une enfant, et c’est à lui, que tous ap­pellent « Père », que je donne le plus secret de moi-même, ce que nul ne peut prendre. »…

Bruges-la-Morte

Le 28 juin 1892, Stéphane Mallarmé s’empare de sa plume la plus leste pour ciseler un compliment à Georges Rodenbach  : Votre histoire humaine si savante par instants s’évapore ; et la cité en tant que le fantôme élargi continue, ou reprend conscience aux personnages, cela avec une certitude subtile qui instaure un très pur effet. Si délicieusement absconses que demeurent ces lignes, l’on y aura sans peine identifié les allusions à Bruges-la-Morte . C’est que le poète aura su ramasser les traits les plus saillants de cet incontournable de nos Lettres : l’évanescence de l’atmosphère qui règne à chaque chapitre, la contagieuse spectralité de son décor médiéval immuable, enfin les résonances qu’il ne manque pas d’éveiller dans la sensibilité des lecteurs qui le redécouvrent ou, ô extase, de ceux qui l’ouvrent pour la première fois. Proposer comme le fait aujourd’hui la collection patrimoniale Espace Nord une édition définitive de ce livre culte, « méconnu parce que trop connu » selon l’expression de Paul Gorceix, est une entreprise d’utilité publique. Car, si son auteur était presque devenu parisien d’adoption à force de fréquenter les Mirbeau, Goncourt et autres Villiers de l’Isle-Adam, Bruges-la-Morte n’est pas seulement le plus français de romans belges fin de siècle ; c’est surtout un chef-d’œuvre de la littérature mondiale, où style et fantasme se fécondent mutuellement. En fait, investir l’univers brumeux et appesanti de ce roman constitue moins une expérience littéraire que matérielle. La langue déployée par Rodenbach n’est ni baroquisante ni sauvagement charnelle, mais par la richesse poétique et l’art consommé des correspondances qui y sont en jeu, elle s’éprouve davantage comme une étoffe rare, un parfum capiteux, un cru millésimé, une musique empreinte de mystère – que comme un texte se maintenant à ras de page.Un critique qui « spoilerait » Bruges-la-Morte est juste bon à faire rafraîchir dans le premier canal flamand venu. Il importe de laisser intacts aux profanes l’abord de la destinée tourmentée d’Hugues Viane, ténébreux, veuf, inconsolé ; ses errances dans les rues d’une Venise du Nord où le temps s’est comme figé ; le délire qui le possède et les superpositions troubles qu’opère son esprit entre le visage de la Morte et celui de la Vivante ; le crescendo de sa tragédie qui ne débouche sur aucun dénouement, que du contraire…Mais les connaisseurs, qui en possèdent sans doute quelque exemplaire écorné datant de leurs Romanes, ne manqueront pas d’acquérir aussi cette édition augmentée d’une anthologie de textes évoquant Bruges et, surtout, d’une postface tirée au cordeau. Le spécialiste à solliciter était tout trouvé en la personne de Christian Berg. En trente-cinq pages, voici Bruges-la-Morte et son auteur situés dans leur contexte, les thèmes binaires (la vivante/la morte, l’homme/la ville, la copie/le modèle, etc.) éclairés en leurs réciprocités comme en leurs divergences, et le style enfin, ce style d’orfèvre, soupesé avec délicatesse et posé sous la loupe d’un critique qui préfère regarder les gemmes en joaillier, pas en minéralogiste.L’étude de Berg constitue un maître-étalon en matière d’approche d’un texte aussi singulier, qui reste néanmoins symptomatique de son époque. Plutôt que de s’attarder sur l’épineuse question du genre auquel appartient l’œuvre (et qu’il résout avec justesse en la situant « entre le roman psychologique, la nouvelle fantastique et le poème en prose »), l’exégète préfère se concentrer sur le pivot rhétorique qui en assure la cohésion, à savoir l’analogie. La brillante analyse qu’il livre de l’omniprésente dialectique entre ressemblance et nouveauté s’articule à celle de la chronologie itérative à laquelle obéit l’histoire ainsi qu’à la topographie littéraire où s’ancre le récit. Tout en affiliant Rodenbach aux crépusculaires que furent Barrès, D’Annunzio, Rilke, Zweig ou Mauclair, Berg rappelle en effet à quel point « les villes mortes ou mourantes menacées par l’eau noire, les palais abandonnés environnés de plans d’eau stagnante, les petites cités de province prostrées dans le silence ou l’oubli, les villes tombeau et les “Thulés des Brumes” constituent la géographie privilégiée de l’imaginaire fin de siècle ».Au final, Bruges-la-Morte se révèle un prisme visuel, sonore, olfactif, tactile, sensible – bref la réalisation romanesque des principes synesthésiques chers à Baudelaire – nous permettant de mener une expérience littéraire unique que l’on se plaît à recommencer sans fin… parce qu’on sait qu’elle est irreproductible.Parmi les canaux blêmes de l’ancien port figé dans des eaux sépulcrales, le roman se joue entre des reflets : celui d’une femme que Hugues Viane a passionnément aimée, celui d’une morte dont il croit retrouver l’image chez une vivante. Récit fétichiste, où toute la sémiologie de la ville participe aux cérémonies du deuil. Livre culte pour les spleens d’aujourd’hui.Hugues Viane a choisi d'habiter Bruges, qui s'accordait à la mélancolie de son deuil. Dès lors cette ville au charme délétère s'impose comme la véritable héroïne de ce roman, l'un des chefs-d'oeuvre du symbolisme.Parmi les canaux blêmes de l’ancien port figé dans des eaux sépulcrales, le roman se joue entre des reflets : celui d’une femme que Hugues Viane a passionnément aimée, celui d’une morte dont il croit…