La Converserie. La ferme des Moines





AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La Converserie. La ferme des Moines"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9631 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

321 choses incroyables à connaître avant d'avoir 13 ans

Il y a beaucoup de choses à connaître avant d’avoir 13 ans. Combien ? Au moins 321. Et toutes ne sont pas enseignées à l'école ! Après avoir lu ce livre, tu pourras affirmer que tu sais tout sur tout. Qu’une girafe peut se lécher les oreilles, que le corps est plus grand le matin que le soir, que la grippe a été plus mortelle que la guerre, qu’il suffit de plonger sa tête dans un seau d’eau pour la peser, que le vent n’existerait pas sans le Soleil, qu’il est impossible d’écraser une bactérie avec son doigt, que les astronautes font pipi dans un aspirateur… Pourquoi 13 ans ? Pourquoi cet âge limite ? Peut-être parce qu’il marque souvent la fin de l’enfance, cette période où l’on a l’impression que le temps est aussi infini que le monde et que notre soif d’apprendre les choses les plus essentielles comme les plus saugrenues est la plus naturelle ? En tout cas, cette encyclopédie pour petit.e.s curieux.ses est une somme extraordinaire sur le monde qui nous entoure et qui nous échappe ; parce qu’on n’a pas le temps de se poser toutes les questions, parce que les réponses ne sont pas toujours connues de tous, l’enfant se plongera avec bonheur dans la lecture des 321 articles répartis en 12 chapitres de longueur variable, mais recélant tous les secrets les plus édifiants et appréciables à des âges différents : apprendre que la girafe a la langue assez longue pour se lécher les oreilles ou que les lapins mangent leurs crottes, mais pas toutes, ravira les plus jeunes, tandis que découvrir que l’éclair peut atteindre la température de 30 000° ou que le Soleil crée le vent captivera les apprenti.e.s scientifiques. Toutes ces informations rassemblées par l’exploratrice Mathilda Masters vont redorer le lustre de cette activité autrefois si prestigieuse et, peut-être, susciter des vocations. Car Mathilda Masters rend compte de connaissances incroyables dans des domaines aussi divers que le monde animal, le monde végétal, le sport, le corps humain ou encore les langues, l’histoire du monde ou les habitudes alimentaires si variables sur la planète. Avec un vocabulaire accessible et expliqué si nécessaire, des illustrations très réalistes ou très loufoques, mais toujours adaptées, cet outil de sagesse se révèlera éminemment utile à cet âge tendre où l’on s’émerveille, où l’on se teste, et où le rire explose, spontané, fou, irrépressible. Pour en profiter autour de vous, avec…

Aspects inconnus et méconnus de la contrefaçon en Belgique

À propos du livre La contrefaçon belge des livres à l'époque romantique est quasiment inconnue. Née au lendemain de la séparation de la Belgique d'avec la France et de son rattachement à la Hollande, poursuivie après l'indépendance belge conquise à la suite de la révolution de 1830, cette industrie colossale, parfaitement licite en raison des législations nationales et internationales d'alors, eut à son actif, sans que leurs auteurs ou leurs ayants droit pussent s'y opposer, la reproduction, la traduction, l'adaptation des ouvrages étrangers, principalement français, qu'ils fussent littéraires, religieux, scientifiques, artistiques, politiques, historiques, militaires, musicaux, ou qu'ils traitassent de cuisine, de jeux de société, de typographie, d'archéologie, etc. Ce sont toutes les facettes de la «contrefaçon» belge que recense ce livre, divisé en une introduction, vingt chapitres abondamment illustrés de catalogues et de textes publicitaires d'époque, et trois annexes. Compte tenu de l'importance capitale du sujet, cet ouvrage interpellera tant le monde de la librairie que celui des bibliophiles, des bibliographes, des philologues, des économistes, des juristes, des scientifiques, des sociologues, des chercheurs, enfin : de tous ceux qui, de près ou de loin, érudits ou néophytes, s'intéressent au romantisme et à la Belgique de 1814 à 1855, lorsque ses éditions, souvent très soignées et vendues à des prix défiant toute concurrence, étaient répandues dans le monde entier et y propageaient les langues étrangères, au premier rang desquelles figure le français. L'auteur étudie depuis 1973 cet inépuisable et passionnant sujet, auquel il a déjà consacré dans le Bulletin de l'Académie royale de langue et de littérature françaises trois études. Son livre, le premier à traiter de façon globale de la contrefaçon belge, est la somme de ces années…

Semois nature (T. 2)

La Semois, une rivière pas comme les autres s'amusant à prendre le contre-pied…