Jessica Blandy (tome 5) : Peau d'enfer



À PROPOS DE L'AUTEUR
Renaud Denauw
Illustrateur de Jessica Blandy (tome 5) : Peau d'enfer
Né à Mouscron (Belgique) le 28 novembre 1936, Renaud (Denauw) a fait ses classes à l’Institut Saint-Luc de Tournai. Nanti d’un diplôme en publicité-lithographie, il s’oriente rapidement vers la communication. Pour les éditions Arédit, il met en images quelques romans parus à l’origine au Fleuve Noir («La Louve de Saint-Aube», etc…) et crée sa première héroïne Miss Pamela Waps, alias «La Guêpe» ! En 1975, il décide d’entreprendre une carrière de dessinateur de BD. Pour l’hebdomadaire «Spirou», il dessine d’abord la série «Aymone» scénarisée par J.M. Brouyère, puis les aventures de «Myrtille, Vidpoche et Cabochard» imaginées par Mitteï. En 1980, pour le journal «Tintin», il réalise «Brelan de Dames», une série d’espionnage semi-réaliste écrite par J.L. Vernal et poursuivie par J. Dufaux. Pour le même journal des 7 à 77 ans, il conçoit et met en cases les gags d’un charmant trio d’enfants, «Platon, Torloche et Coquinette». En 1987, désirant changer de registre et adopter un graphisme réaliste, il retrouve le scénariste J. Dufaux et, avec lui, il crée «Jessica Blandy», une série directement éditée en albums chez Novédi, puis chez Dupuis. En 1988, devenu son scénariste attitré, J. Dufaux écrit pour lui «Les Enfants de la Salamandre» (Dargaud et Novédi). À partir de 1991, tous deux publient «Santiag» chez Glénat. Considéré comme l’un des meilleurs dessinateurs réalistes, Renaud s’est vu décerner plusieurs prix. En Suisse, le Jury du festival de Sierre l’a honoré d’un Prix spécial (1989). Son œuvre a également été primée en France, aux festivals d’Hyères (1992), de Lille (1994) et de Maison-Laffite (1996). Avec la sortie du tome 1 de «Venus H.», un sulfureux thriller édité par Dargaud, 2005 marque une nouvelle étape pour le duo d’auteurs best-sellers que forment Renaud et Dufaux. Texte et photo © Dargaud

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Jessica Blandy (tome 5) : Peau d'enfer"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Klimt

Vienne, 1907. Le peintre Gustav Klimt rend visite aux époux Bloch-Bauer. Ferdinand demande alors à Gustav de réaliser le portrait de sa femme, Adèle ; requête entraînant un flashback. Six ans auparavant, alors que Klimt essuyait des critiques acerbes au sujet de son œuvre La Médecine , il a rencontré ce couple, admirateur de son génie et dont la femme l’a prié de lui ouvrir les portes de son atelier. Au même moment, l’artiste recevait en rêve l’inspiration pour son prochain tableau. C’est par ce prisme que l’on entre dans l’univers de l’artiste : son atelier, ses modèles, sa mère, sa compagne, Émilie, mais aussi ses rêves, ses angoisses, ses sources d’inspiration en somme. L’histoire narrée en bande dessinée par Cornette et Marc-Renier est une tranche de vie, prétexte à l’évocation du peintre, de son style, de son époque et de l’avant-gardisme dont il y faisait preuve. L’idée est en effet plus de mettre en avant ses particularités que de réaliser sa biographie. Le récit est assez simple et aurait peu d’intérêt sans l’aspect « inspiré de faits réels », mais n’en est pas moins cohérent et bien rythmé.Les dessins sont soigneusement détaillés. Le rendu est classique, avec un crayonné assez fort accentuant les sujets principaux. Les travaux de Klimt évoqués sont réinterprétés plutôt que cités et le résultat est réussi et efficace : le redesign des œuvres permet une intégration fluide dans les cases tout en invitant à les découvrir sous un angle neuf.Le récit principal est suivi d’un court cahier didactique sur Gustav Klimt. Il complète la bande dessinée en développant quelques sujets qu’elle évoque. On y voit notamment des reproductions des œuvres évoquées dans l’album. Ainsi, le lecteur a à portée de main de quoi satisfaire sa curiosité, titillée par l’histoire racontée en images et phylactères.La bande dessinée Klimt est une introduction sympathique à l’œuvre de l’artiste. Les connaisseurs n’apprendront probablement pas grand-chose, là où les néophytes apprécieront l’accessibilité du propos et les informations proposées en fin d’ouvrage. Les visuels soignés plairont aux amateurs de bande dessinée traditionnelle, alors que l’histoire…

L’homme-armée

Il est des œuvres qui nous désarçonnent, décillent nos yeux blasés, plantent en nous…