Jeff Bodart : Et parfois c'est comme ça qu'on se jette çà et là quelques bribes de phrases (L'Article n°41)


RÉSUMÉ

« A boire ou je tue l’Prince !!! »
a-t-il hurlé à une conférence de presse des Francos, en tenant la tête du Prince Laurent par son bras droit, style prise de judo d’un match remporté.

Cette phrase pourrait à elle seule résumer Jeff :
– Jeff avait toujours soif.
– On pardonnait tout à Jeff (à commencer par le service d’ordre du Prince qui n’est point intervenu).
– Ce moment était pétri de bienveillance.
Si si, Jeff n’aurait jamais fait ça à quelqu’un qu’il n’aurait pas respecté (si tant est que Jeff ait manqué de respect à qui que ce soit).
– Jeff était désopilant. Ce besoin presqu’obsessionnel d’amuser la galerie. Ou plutôt sa propension à établir un climat propice à « passer un bon moment ».
– Jeff osait tout (c’est à ça qu’on le reconnaissait). Mais vraiment tout. Un vrai Jackass avant l’heure. Sa clavicule, sa jambe, son pied, et j’en passe, pouvaient en témoigner. Au même titre que les ambulanciers, attendant backstage qu’il daigne terminer son concert, pour l’emmener aux urgences suite à de nombreuses chutes scéniques.
– Loin de s’infatuer, c’était sa manière iconoclaste de montrer qu’il connaissait un membre de la famille royale. Pour le protocole, il reviendra en septembre.

1988. Je me souviens de ce matin-là.
Le téléphone sonne. « Salut, c’est Jeff des Gangsters d’Amour. On cherche un claviériste. Ca te dirait de participer au casting ? »
Après tout s’est s’enchaîne. Très vite. Grosse virée après quelques jours, longues discussions à deux sur le trajet du retour d’un concert. Ta copine qui ne t’ouvre pas (normal, t’avais promis de rentrer pour 2h au plus tard. Raté, il faisait jour). Pas grave, tu dormiras dans le champ de patates et elle te découvrira en ouvrant ses rideaux… C’est sans doute ces quelques heures qui ont scellé nos liens, forts, professionnels et fraternels.
Ensuite, carrière solo, albums, plateaux TV, tournées, voyages. Et son cortège de corollaires à la carolo. Avec Olivier Bodson, le jeune surdoué des Gangsters. Comme t’es un réseau social à toi tout seul et bien avant l’heure, tu nous fais découvrir le tien. Qu’au gré des escales nous compléterons, avec entre autres une certaine Sylvie…

Que du beau monde.
Que de belles personnes.
Que de longs et mémorables moments cardinaux. Nous avions l’habitude de terminer les soirées (des autres) et de « claquer la porte derrière nous en partant » comme tu disais. Mais en 1995, nous avons été dépassés sur nos propres terres. Par un ovni révélé par un film proverbial, tout aussi ovni. Pour qui 5h du mat était une bonne heure pour aller allumer le studio Dame Blanche, tenter d’y faire de la musique et chanter d’sus. Mais bon, belle gageure hein. Vu nos états, nous nous contentions généralement de reprises improbables (mais drôles, drôles !). Qu’est-ce que ce Ben, en plus du foie, nous a donné mal au ventre.

Et tu sais quoi ? Tout ça est resté intact. Dans nos mémoires, dans nos vies, dans nos manières d’appréhender les petits espoirs et grands tracas.
On se revoit. Certes sans toi (quoi que).
Rares sont les soirées, fêtes et cocktails où on ne croise pas quelqu’un que tu as marqué, qui t’a profondément aimé. Et on parle de toi…
Tout ce réseau (famille, amis (de bamboche ou pas), musiciens) est resté en l’état. Et c’est tant mieux.

Sans doute y veilles-tu de là-haut.




AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Jeff Bodart : Et parfois c'est comme ça qu'on se jette çà et là quelques bribes de phrases (L'Article n°41)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Princesse Suplex

Dans l'univers du catch amateur, les aventures quotidiennes, les rêves et les sensibilités…

La mort sur le bûcher

Un récit qui se passe dans l'Italie du XVe siècle et met en scène le personnage…

L'étincelle

La fin du monde est arrivée. Une fin du monde en douceur, les enfants ont cessé de naître et l'humanite s'achemine à petit pas vers la fin...Mais au centre de Paris, sous terre, un homme essaye d' enrailler…