Jean de l'ours


RÉSUMÉ

Version provençale d’un conte traditionnel, édité ici par Bruno de la Salle.

  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Dominique Maes
Illustrateur de Jean de l'ours

Né le 29 mai 1957 à Bruxelles.

Humanités artistiques, Académie royale des Beaux-Arts, Bruxelles. Arts graphiques, Saint-Luc, Bruxelles.

Enseigne l’illustration à l’ERG, Bruxelles. Animateur de l’Atelier d’Illustration. Illustrateur, auteur pour les enfants ; nouvelliste pour les adultes. Raconteur d’histoires, je voyage du dessin (à la plume, crayons de couleur ou aquarelle) vers les mots, des mots à la musique, de la musique aux spectacles, des spectacles aux rencontres, des rencontres aux livres… afin de me sentir vivant et de partager ce bonheur-là. Lauréat d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide au projet, 2007. Soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Narration numérique, 2012.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Jean de l'ours"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 9536 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les pensées de Rascal

« Des merveilles absolument inutiles donc résolument indispensables » (Alfred) Dans la même lignée que Les pensées sont des fleurs comme les autres, du même auteur, voici les « pensées profondes » poético-humoristiques de Rascal. Il s'agit d'organiser la rencontre de la poésie et de l'humour, sans forcément prétendre au label sacro-poétique. Des textes courts qui proposent des images malignes, malicieuses... Une poésie du bouche à oreille, une poésie qui voit plus loin que le bout de son nez et regarde le lecteur droit dans les yeux, tout cela sans pour autant (surtout pas) se prendre la tête ! Une poésie documentaire, un détournement des savoirs scolaires... Une rencontre adulte enfant. Une poésie qui se rit d'elle-même En résumé, il ne s'agit pas d'écrire de la poésie en s'amusant mais plutôt de s'amuser de nos pensées et que cela prenne…

Le chevalier des sept couleurs

Vêtu d’un pyjama bariolé offert par sa marraine, le nez…