Je compte jusqu’à trois






NOS EXPERTS EN PARLENT...
ricochet

Emile Jadoul nous fait découvrir la vie mouvementée de Petit Bouc et de son père, Papa Bouc, au moment du réveil. Un papa très pressé, tous les matins, stressé et énervé. Un petit bonhomme, à l’inverse, toujours en retard, qui n’aime pas se dépêcher. L’idée est bien vue : compter jusqu’à trois peut aussi devenir une sorte de menace. En boucle, le père avertit son enfant : je…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Je compte jusqu’à trois"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 9534 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Zéphir, petit zèbre en danger

Entre album et documentaire, Nadine Jacobs nous entraîne dans la savane…

Les trois ours chez Boucle d'Or

Ce matin, Petit Ours est tout content. En rendant…

Flip et Flap cherchent un trésor

Le grand-père de Flip et Flap leur a laissé une mystérieuse carte avant de disparaître. Les deux petits ratons laveurs décident de partir à la recherche du trésor dans la forêt et croisent de nombreux animaux sur leur chemin. Au terme de leur aventure, Flip et Flap sont heureux d'avoir rencontré plein de nouveaux amis, n'est-ce pas le plus beau trésor qu'on puisse espérer trouver ?  Le grand-père de Flip et Flap est mort. Mais, avant de mourir, il leur a confié une carte au trésor. Les deux ratons laveurs n’hésitent pas : ils partent à la découverte du trésor, comme leur grand-père aventurier le faisait avant eux. Cependant, le parcours n’est pas facile : il faut affronter l’orage, ne pas céder à la tentation de raconter leur quête aux animaux rencontrés et réussir à suivre les bonnes pistes. Au passage, Flip et Flap vont aussi devoir aider nombre d’amis croisés en chemin. Les illustrations de cet album plongent immédiatement le lecteur dans l’histoire. En effet, toutes rondes, elles sont pleines de tons chaleureux, mettant bien en valeur la saison automnale du récit, et, réalisées au crayon, elles donnent une douceur qui offre à l’histoire un climat apaisant. Tout de suite, le lecteur ne peut alors que s’attacher aux deux compères et avoir envie de les suivre dans leur aventure. Pleine de rebondissements, celle-ci est truffée de bonnes surprises qui prônent les valeurs de l’amitié et de l’entraide. Puis, au dénouement, une autre lettre du grand-père est trouvée : il ne faut pas hésiter à voyager. Voilà un message très bien passé grâce à cette histoire et qui donnera très certainement envie aux jeunes lecteurs de partir explorer la forêt. On ne peut que souhaiter que les lecteurs fassent d’aussi…