Guide des ateliers d’écriture en Communauté Française



À PROPOS DE L'AUTEUR
Réjane Peigny
Auteur de Guide des ateliers d’écriture en Communauté Française

Née à Paris en 1961, je vis dans le Brabant wallon. Après des études à l´IAD, j´ai travaillé une quinzaine d´années dans l´audiovisuel (radio et télé) avant de me consacrer à l´écriture et à la lecture. Aujourd´hui, en plus de mon écriture personnelle (contes, nouvelles, romans...), j´organise des événements littéraires, j´anime des ateliers d´écriture, j´accompagne des auteurs dans l´écriture de manuscrits, j´écris sur commande... via l'association L'Image & L'Ecrit et la nouvelle asbl "Entrez Lire" qui animera dès octobre 2004 la Maison Internationale des Littératures Passa Porta, Rue Antoine Dansaert, à Bruxelles. J´ai fondé et j´anime, avec Pascale Fonteneau et Eva Kavian, le réseau d´animateurs d´ateliers d´écriture : Kalame.

Pascale Fonteneau
Auteur de Guide des ateliers d’écriture en Communauté Française
Si on lui pose la question de ses origines, elle prend une inspiration et commence une phrase par : «Ma mère est Allemande.» Elle ajoute : «Mais je ne parle pas allemand. Je suis née en France, mon père est français. Mes parents se sont rencontrés en Allemagne. Mon père ne parle pas allemand non plus. Nous habitions une petite ville de Bretagne. Nous allions souvent à la mer. Au début des années septante, mes parents sont venus s’installer à Bruxelles parce que mon père devait venir y travailler. Pas aux communautés européennes.» C’est à Bruxelles qu’elle termine ses études primaires, secondaires, puis universitaires. Entre temps, elle est partie s’installer à la campagne, quelque part entre Bruxelles et Liège, mais précise qu’elle n’est pas un rat des champs : «Mon univers, c’est la ville. Mais je reconnais que la campagne est l’endroit idéal pour voir grandir ses enfants. Ce que j’ai fait. Dès qu’ils ont été à l’âge d’avoir envie de se déplacer seuls, on est revenu à Bruxelles. Malgré mes passeports allemand et français, si on me demande d’où je suis, je réponds que je suis de Bruxelles. C’est mon territoire.» Un territoire dont elle parle peu dans ses histoires : «C’est tout le paradoxe, je me sens de Bruxelles, mais je ne suis pas de là. Je ne lui rendrais pas hommage. Je ne peux parler de Bruxelles que sur le mode ironique. Ses errements, ses contradictions, tout ce qui fait son charme. A l’image de la Belgique, Bruxelles est une ville d’initiés. Ça a l’air simple, mais c’est compliqué. Et surtout, au grand étonnement des gens de l’extérieur, ça fonctionne. Et ça fonctionne grâce à quelques règles simples. Bref, c’est difficile d’en parler sans tomber dans l’explicatif. Sans prendre de distance.» Justement, la distance est son poste d’observation favori : «Au premier degré, la vie est insupportable.» Pourtant, elle avance et beaucoup de gens pensent qu’elle est drôle : «Pour rappel, personne ne sait ce que nous sommes censés faire sur cette jolie planète bleue. Pour me rassurer, je donne un sens à mes pas et au temps qui passe. Puis qu’on sait que tout est perdu, autant se retirer avec panache.»
Eva Kavian
Auteur de Guide des ateliers d’écriture en Communauté Française

Née le 15 juin 1964 à Namur

Ergothérapie, Bruxelles

Si mes romans sont de pures fictions, ils sont cependant suscités par une émotion profonde et nourris d'éléments vécus. Les thèmes : amour, désir, relation dans la fratrie et parents-enfants, familles monoparentales, deuils violents, solidarité, l'action comme outil face au désarroi. Lauréate d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide au projet, 2009, 2012 et 2014 Lauréate d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide à la création, 2011
FIRST:xfirstword - "Guide des ateliers d’écriture en Communauté Française"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9191 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Patchwork

Si vous croisez sur votre route un être que vous n'avez jamais vu, qui ne suscite en vous nulle réminiscence, n'en doutez pas ! C'est lui. Lui, le poète clandestin. Un conseil cependant: faites semblant…

La sacoche de l'architecte

Gérard Dury a dessiné, ce qu'il sait si bien faire. Quarante dessins, des lignes, des courbes, des triangles et des couleurs. Il les a disposés côte à côte et…