grand vint, nuåjes noirs (fragment de Ète là, avèc)


1

lés sôs i-ont afére
d’ète pardonés ? leûs rachènes i m’ pôchin.n’tè
jè n’ sé qwa fêre par intinde dire
ch’ést leû n-amôde insi

* les saules ont-ils besoin
de se faire pardonner ? leurs racines me câlinent
je ne sais que faire par ouï-dire
c’est leur façon de vivre

2 pouqwa s’agriper
d’sus l’ôte dike èl rosiô d’ criyer
mèm’m-iô
mème tière,
mème péis

* pourquoi s’accrocher
sur l’autre rive le roseau de crier
même eau
même terre
même pays

3

pouqwa s’incourir
ès’ piérde, tournants
après cantournants èl plaki
i contin’wue à s’impinanjer
d’dins l’ mème trô *
pourquoi fuir
se perdre de méandres
en méandres la mare
continue à s’ancrer
dans le même creux
4 pouqwa m’ moutrer du dwat
èm’ fêre dés nwårs-ieus
m’érwer dés cayôs jé n’ su fonk in plaki
jé m’ té, èj dors
jé n’fé d’ l’ombe à pérsone *
pourquoi me narguer
me faire des yeux noirs
me lancer des cailloux je ne…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:xfirstword - "grand vint, nuåjes noirs (fragment de Ète là, avèc)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Ni pardon, ni talion : la question de l'impunité dans les crimes contre l'humanité

Une analyse critique de la justice en matière de crime contre l'humanité. Selon l'auteur, à la fois nécessaires et insuffisantes, les institutions judiciaires ne peuvent être que le point de départ d'une lutte plus vaste contre la barbarie universelle, fondée sur un consensus sur le droit de l'être humain, une éducation…

L'Ardenne de Maringer

Omer Marchal ne se lassait jamais de raconter l'Ardenne. La rencontre de sa plume avec le pinceau…

Robert

J'ai deux très grandes oreilles. Deux yeux, très, très méchants. Des dents, très, très, très…