Georges Simenon et Pierre Assouline


Le vrai critique serait un personnage
qui se promènerait silencieusement dans l’histoire racontée
et en saisirait tout ce que l’auteur y a caché, volontairement ou non.
Un espion supérieur, en somme. Julien GREEN 1   Après avoir écrit plusieurs biographies remarquables et remarquées, dont une de Simenon 2 , Pierre Assouline a fait paraître, à partir de 1998, plusieurs romans qui ne manquent pas d’attraits. Il y a parfois glissé malicieusement des allusions à Simenon, comme autant de clins d’œil ou d’hommages. Cette étude vise simplement à en faire le relevé. Toutefois, afin de ne pas la réduire à un squelette, je ne m’interdirai pas de caractériser brièvement ces romans, espé-rant de la sorte mettre aussi en évidence certaines de leurs qualités, voire inci-ter à leur lecture ou leur relecture.
La Cliente (Gallimard, 1998)
Le narrateur de La Cliente entend placer son récit sous le signe de la véracité. À cette fin,…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:roman homme pp. lettre vie hôtel personnage auteur héros nom ligne client État limite biographie anne romancier place narrateur yeux titre presse monde écrivain récit père inspecteur étude patronyme ouvrage oeuvre métro mort livre jour in oeuvres complètes histoire gens fils ami élément seul propriété photo pedigree origine op. cit. guerre famille expression enfant - "Georges Simenon et Pierre Assouline"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...