Furieuse


RÉSUMÉ

Après « Le Mystère du monde quantique » et « Sous Terre », Mathieu Burniat revient avec « Furieuse », une pure fiction scénarisée par Geoffroy Monde (« Poussière », « Comment réussir » et « De rien »).

Le roi Arthur, celui de la légende ? Un vieil ivrogne décrépit qui passe ses journées vautré sur son trône. Sa gloire désormais bien lointaine, il la doit à l’épée magique que Merlin lui a forgée pour terrasser les hordes de démons venues envahir le royaume de Pendragon. Devenue témoin de sa déchéance, l’arme enchantée s’ennuie ferme tandis que la princesse Ysabelle fulmine car son débris de père l’a promise en mariage à l’ignoble petit baron de Cumbre.

Toutes deux bien décidées à se trouver un meilleur destin, Ysa et l’épée s’allient pour fuir le château et partir à la recherche de Merlin et de Maxine, la grande soeur disparue.

Mais le vaste monde peut se montrer bien cruel pour une princesse qui n’a connu que la vie de palais. Et les intentions de l’épée sont peut-être moins nobles qu’il n’y paraît…


PRIX
  Pépite de la bande dessinée - Salon du livre et de la presse jeunesse (Montreuil), 2022

À PROPOS DE L'AUTEUR
Mathieu Burniat
Illustrateur de Furieuse
Mathieu Burniat est né en 1984 à Bruxelles. Après une licence à ENSAV La Cambre, il travaille deux ans en tant que designer. Il se rend alors vite compte qu’il préfère raconter des histoires plutôt que de pondre des objets inutiles et se lance à corps perdu dans la BD. Il est auteur chez Dargaud d'ouvrages qui tournent autour de la gastronomie (La Passion de Dodin-Bouffant), de la science (le Mystère du monde quantique, prix FNAC 2017) et de la nature (TRAP, prix Victor Rossel 2019). Lauréat d'une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Bourse d'aide à la création, 2020

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Furieuse"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Avec Jean-Paul II, tome 1

L'enfance et la jeunesse de cet enfant polonais dans un pays envahi par les nazis…

Le poison vert

Dessins d'Edouard Aidans sur un scénario de Greg. Couverture de Hermann.

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…