Fraternités Ouvrières, haut lieu de permaculture discrète : entretien avec Josine et Gilbert Cardon


HR : Pourquoi « fraternités ouvrières » ?
JC : Parce qu’on vient du monde ouvrier. Dans la période où on a fondé l’association, on ne voyait pas que cela puisse s’appeler autrement. On était déjà dans cette période de crise. On se connaissait entre syndicalistes et on a été vidé des équipes populaires en raison des engagements politiques de certains.

HR : Les équipes populaires ?
JC : Un mouvement d’éducation permanente mais d’obédience catholique, qui n’a pas supporté ici que des gens fassent partie de ces équipes et soient en même temps engagés dans des actions politiques non PSC.

HR : Quelle époque ?
JC : En 1969, 68/69. Il y a eu des statuts spéciaux et on a été viré et cela nous a fait le plus grand bien ! Parce qu’alors on a tout réinventé : tout n’arrivait pas mâché bouilli de la maison mère : on a dû faire la tambouille nous-mêmes ! Réfléchir comment on allait organiser un mouvement. 50 personnes ont quitté les équipes…



FIRST:gens thème jardin personne - "Fraternités Ouvrières, haut lieu de permaculture discrète : entretien avec Josine et Gilbert Cardon"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Entretien avec Jérôme Poloczek autour de son recueil « Presque poèmes »

Comme l’année dernière, Lettres Numériques participe à la campagne…