Féroces tropiques



À PROPOS DE L'AUTEUR
Thierry Bellefroid
Auteur de Féroces tropiques

Thierry Bellefroid, journaliste et présentateur à la RTBF, a de nombreuses passions…
Il est l’auteur de trois romans, Madame K ou la juste place des choses (Luce Wilquin, 2001), Lâche et persévérant (Luce Wilquin, 2002), Mon père, sa mère (Racine, 2006), d’un recueil de nouvelles, Zestes mondains (Luce Wilquin, 2003) et d'un livre d'entretiens avec des éditeurs de bande dessinée (Les éditeurs de bande dessinée, Niffle, 2005).
Licencié en communication sociale de l’UCL, il débute comme journaliste pigiste à RTL, pendant 5 ans, avant d’intégrer la RTBF en 1993. Là, il réalise quelques grands reportages (dont l'un lui vaudra en 1995 le prix audiovisuel de journalisme du Crédit Communal - aujourd'hui Prix Dexia) avant d’accéder à la présentation de JT Soir. Puis c’est l’aventure Signé Dimanche où, pendant trois ans, il a reçu plus d’une centaine d’invités (dont plusieurs dizaines ont accepté, fait unique, de réaliser spécialement une séquence de trois minutes avec une équipe de reportage de la RTBF). En juin 2002, lors de ses deux dernières émissions, il accueillait le dessinateur Enki Bilal ainsi que l’écrivain Bernard-Henry Lévy. Comme un clin d’œil à deux de ses passions, la littérature et la bande dessinée. Puis Thierry Bellefroid réintègre l’équipe de reportage du JT et signe régulièrement, le lundi dans l’édition de la mi-journée, une séquence consacrée à la littérature, pour laquelle il recevra le prix Ex-Libris 2003 (catégorie audiovisuel), décerné par l’association des éditeurs belges (ADEB) pour « (sa) contribution remarquable à l’information sur le livre ».
Début 2004, il devient titulaire de la présentation du Journal de 13 heures à la RTBF télé. Parallèlement, il lance quelques mois plus tard avec Corinne Boulangier l'émission littéraire de la RTBF télé, Mille-Feuilles. Mensuelle durant deux saisons, elle est devenue bi-mensuelle lors de la troisième saison.
Il chronique par ailleurs les nouveautés en bandes dessinées en radio, sur La Première dans l’émission Culture Club de Corinne Boulangier et Eric Russon et occasionnellement dans Elle & Lui de Muriel Dujardin sur Pure FM. Il a été membre du Jury du festival international de la Bande Dessinée d'Angoulême en 2000, puis, pendant cinq ans, membre du comité de sélection de ce festival. Il est également membre de la Commission d'Aide à la Bande Dessinée de la Communauté Française depuis sa création.
Sa passion pour le 9e art l’a par ailleurs amené à signer nombre de critiques et d’interviews d’auteurs sur le site de BD Paradisio pour lesquelles les lecteurs soulignent que « ses critiques, (…) en général très bien faites car rarement destructrices, donnent en tout cas souvent l’envie d’acheter des albums »…

Joe Giusto Pinelli
Illustrateur de Féroces tropiques
Joe G. Pinelli est né en 1960 et vit à Liège (Belgique) où il enseigne le dessin en cours du soir à l’Académie royale des Beaux-Arts. Considéré comme l’un des auteurs les plus prolifiques des fanzines francophones dans les années 80, il y publie des extraits épars d’une quintologie autobiographique, éditée partiellement en Hollande (Joged-Bumbung et Gorilla-Gorilla, Egry Bikaver aux éditions Sherpa). Au début des années 90, c’est la publication de la trilogie No mas Pulpo - No mas Chorizo et Unicamente Puros - aux éditions PLG, qui le consacrent comme un spécialiste de l’autobiographie en bande dessinée avec un ton souvent cru et intime. Parallèlement, Joe G. Pinelli expose régulièrement depuis quelques années des dessins et illustrations en Belgique et en France.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Féroces tropiques"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…

Visions of Basquiat

Jean-Louis Massot a assurément le sens de la pertinence éditoriale. Après avoir accompagné Yves Budin dans…

Al Zimmeur

La maladie d'Alzheimer, c'est quoi ? Pourquoi beaucoup de monde semble en avoir peur ? Est-ce que la vie s'arrête…