Faire semblant c’est mentir



À PROPOS DE L'AUTEUR
Dominique Goblet
Auteur et illustrateur de Faire semblant c’est mentir
Dominique Goblet est sans conteste un nom emblématique de cette nouvelle génération d’auteurs belges francophones. Elle participe de 1991 à 1995 à la fondation du groupe Frigoproduction (qui deviendra plus tard Fréon-Frémok) et commence à approcher la bande dessinée au travers de nombreux récits courts publiés dans diverses revues. Dominique Goblet publie pourtant peu, comme la plupart des membres de Frémok. Abordant l’autobiographie par son côté le plus universel, cette bruxelloise fait de chacun de ses livres une œuvre signifiante et majeure. Changeant sans cesse de technique pour épouser au mieux son propos, jouant tant sur la page et sur le lettrage que sur le rendu de la matière pour faire passer ses émotions, Dominique Goblet privilégie sans cesse la clarté narrative. Paradoxalement, ses histoires procèdent d’une intense réflexion sur les outils du récit et la manière de l’aborder.

En 2008, Faire semblant c’est mentir (L’Association), qui racontait son enfance et son rapport à ses parents, est nommé à Angoulême, il reçoit la même année le Prix international de la Ville de Genève. En 2011, Dominique Goblet est à nouveau nommée à Angoulême pour Chronographie (L’Association), un livre d’images croisées réalisé avec sa fille, Nikita Fossoul. Pendant dix ans, mère et fille se sont dessinées régulièrement. Le livre participe d’une autre face de son œuvre, plus expérimentale, celle des récits dans lesquels elle déstructure la narration.

Parallèlement à ses livres à caractère autobiographique, Dominique Goblet peint, parfois sur de très grands formats, et interroge le rapport entre narration et émotions picturales. Dans Les Hommes loups (FRMK, 2010), elle joue sur les menaces sourdes pesant sur nos existences et sur le sens amené par la juxtaposition d’images dont elle aime décliner le caractère répétitif jusqu’à l’obsession. Cette grande voyageuse remplit par ailleurs des dizaines de carnets depuis plus de vingt ans, où le dessin et le texte composent de véritables toiles.

Dominique Goblet a par ailleurs été choisie par l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême comme lauréate pour l’année 2010. Elle est aujourd’hui professeur invité à l’ERG, l’École de Recherche Graphique de Bruxelles. (T.B.)


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Faire semblant c’est mentir"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…

L'avenir du Chat

Pour le Chat le troisième millénaire sera rigolo ou ne sera pas !