Dictionnaire de l'effusion



À PROPOS DE L'AUTEUR
Jean-Luc Geoffroy
Auteur de Dictionnaire de l'effusion
Perpétuel boute-en-train, homme à tout faire, homme orchestre, homme de main, homme de lettres et homme de cœur, Jean-Luc Geoffroy est un des piliers du Service du Livre luxembourgeois. Sans compter sa peine, depuis près de vingt ans on le rencontre à tous les rendez-vous importants pour la diffusion des livres, partout en Belgique, en Europe et même au Québec... Sans relâche, par train, par camion, par voiture et par avion, il s'emploie à faire connaître hors de nos frontières la littérature de la Communauté française de Belgique. Cet accaparement de tous les instants fait peut-être oublier que Jean-Luc Geoffroy compte aussi une solide activité littéraire personnelle : poésie et surtout nouvelles. Par un étrange paradoxe, d'ailleurs, très en contraste avec l'homme, cette production s'avère rarement optimiste et se range plus volontiers sous le signe d'une certaine gravité. Plongée dans un état de veilleuse pendant quelques années, l'écriture de Jean-Luc Geoffroy a connu ces derniers temps un important regain de vigueur avec des collaborations à différentes revues et surtout la publication de deux recueils de nouvelles. Né à Pétange (Grand-Duché de Luxembourg) le 21 juin 1953, mais issu d'une famille virtonnaise, Jean-Luc Geoffroy est un Gaumais pure souche. C'est à Virton qu'il passa son enfance et fit ses humanités à l'Athénée Royal avec, notamment, Georges Bouillon et Claude Raucy comme professeurs. Attiré par la littérature et par la musique, il suivit pendant quelques temps les cours du Conservatoire de Luxembourg. Passionné par le théâtre, il joua dans la troupe Les Compagnons d'Athéna dirigée par Claude Raucy. Pendant plusieurs années, véritable homme orchestre tour à tour chanteur, comédien et musicien, il anima les Cabarets gaumais présentés en Gaume et à Bruxelles. Il fut également l'un des premiers rédacteurs de la revue gaumaise Le Gletton. Après des études de traducteur en anglais et espagnol à Bruxelles, Jean-Luc Geoffroy est, depuis 1978, responsable du Service du Livre luxembourgeois et de la Communauté française. Ce service édite les Dossiers L et présente les œuvres des auteurs de la Belle Province un peu partout, lors de foires du livre en Belgique (Namur, Redu, Chassepierre, Bellefontaine, Bruxelles) et à l'étranger de Luxembourg à Metz en passant par le lointain Outaouais québécois, la Suisse ou encore le Val d'Aoste. L'année 2004 sera celle où il se voit attribuer le Godefroid de la Culture, qui récompense chaque année une personnalité du monde culturel pour son rôle dans la province luxembourgeoise. Avec Savina de Jamblinne et quelques personnalités, il aide, en 2008-2009, à la création d'une émission littéraire sur la chaîne locale TV LUX. Cette émission (Livre-toi)connaîtra une évolution en trois phases et est actuellement animée par Jean-Pierre PIRSON. Jean-Luc GEOFFROY, pour pérenniser ces émissions, les produit en mini-DVDs, surtout à destination de l'enseignement, mais aussi du grand public. Il est nommé Directeur du Service du Livre (qu'il dirige en fait depuis 1978) en 2010. Il est admis à la retraite en 2014. Retour aux sources : il s'intéresse de très près au patois gaumais, celui de sa région natale... et en 2015, il prépare pour l'automne un seul en scène : La Gaume? Un monde! et, aux éditions Tintenfass (Allemagne), une version gaumaise du Petit Prince, d'Antoine de Saint-Exupéry. Le 11 octobre 2015, il reçoit des mains de Jean-Marie Fox, Président du Cercle Royal Gaumais de Bruxelles, le Grand Prix de Gaume (biennal).En janvier 2017, lance sa revue Vès l'compernez co? consacrée au dialecte gaumais. 48 pages de textes en gaumais (avec leur traduction en français) et un mini-CD avec des enregistrements du passé et actuels, en gaumais évidemment...Pour en savoir davantage :http://www.frego-et-folio.be/(Frego et Folio)
Anita DROHÉ
Auteur de Dictionnaire de l'effusion
Née à Virton le 30 juin 1949, Anita Drohé a été bercée, dans sa plus tendre enfance, aux accents du Chant des partisans, des coups de gueule de Marguerite Brouhon - sa voisine - et des frasques de Nestor Outer énoncées à voix feutrées. De là sans doute sa passion pour les chats, sa curiosité pour le monde des arts et son rêve de voyages. L'ailleurs autorise à l'extase de la découverte et des retrouvailles : elle a arrêté ses lieux de méditation sur les Zattere du Dorsoduro ou dans les jardins de Suzhou.Elle a découvert le monde des livres au cours de ses humanités gréco-latines à l'Athénée Royal de Virton où elle enseigne depuis 1975.Elle a collaboré aux revues La Dryade et le Gletton dont elle fut co-fondatrice. Ses poèmes primés au tournoi de poésie «Liège des jeunes poètes» ont été publiés dans l'anthologie Poètes français du Luxembourg belge (R. Brucher, Ed. de l'Académie luxembourgeoise, 1978). Elle publie L'effusion ou les impossibles amours de Virton et Saint-Mard, puis Le dictionnaire de l'effusion avec les compères Claude Bossicart, Jean-Luc Geoffroy et Claude Raucy. Lorsque la plume la démange, elle accouche d'un pamphlet, rédige un vibrant hommage, compose un texte utilitaire. Car son statut de femme au travail ne l'autorise pas à disposer du temps suffisant pour une production plus abondante.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Dictionnaire de l'effusion"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9298 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Vous avez de ces mots...

Vous avez de ces mots...Le français d'aujourd'hui et de demain!S'avérer…

Dictionnaire des écrivains gastronomes : De Apollinaire à Zola

Jean-Baptiste Baronian est un écrivain prolixe. Et, dans sa bibliographie, on compte plusieurs dictionnaires, dont le Dictionnaire Rimbaud (Bouquins, Laffont, 2014) et le formidable Dictionnaire amoureux de la Belgique (Plon, 2015). À travers ses essais, biographies et anthologies, il a côtoyé bien des écrivains et partagé son admiration pour leur travail. Il a développé une connaissance bien souvent intime de ces auteurs, offrant des perspectives inédites sur leurs œuvres. C’est encore le cas avec ce beau volume, joliment pensé par l’éditeur en lui prêtant une facture bibliophilique à la jolie tranche orangée. À sa lecture, on imagine également que la gastronomie figure parmi les plaisirs incontournables de Baronian. Bonne chère et bons vins riment ici avec culture et érudition. Jean-Baptiste Baronian s’est déjà invité à la table des écrivains en détaillant les découvertes culinaires, notamment belges, de Baudelaire dans un ouvrage collectif, La cuisine de nos écrivains , publié cette année par l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique (ARLLFB) dont Baronian est sociétaire. Cet ouvrage reprend les actes du colloque organisé en octobre 2021 par la vénérable institution à l’occasion de son centenaire. En 2019, c’est un Dictionnaire de la gastronomie et de la cuisine belges que Baronian proposait aux éditions du Rouergue.Dans son introduction au Dictionnaire des écrivains gastronomes , Baronian précise y avoir réuni «  à un degré ou à un autre, des culinographes ou des gastrologues  (…)  qui se sont intéressés de près à la bonne chère ou à la dive bouteille, ou qui ont publié des œuvres possédant de profondes affinités avec la gastronomie et l’œnophilie.  » On y ajoutera la zythologie, puisque nous sommes en Belgique. De quoi nous mettre l’eau à la bouche. On pourra d’ailleurs déguster l’ensemble en suivant le menu concocté par l’auteur ou picorer comme bon nous semble au buffet dressé par lui.Parmi les auteurs et autrices (plus rares) d’expression française ou traduits en français conviés à ce banquet aussi baronianesque que gargantuesque figurent des grands noms comme Apollinaire, Baudelaire, Balzac, Colette, Dumas, Érasme, Flaubert, Giono, Michel Thomas alias Houellebecq, Huysmans, Proust, Rabelais, George Sand, Stendhal ou Zola mais aussi, comme Baronian les qualifie lui-même, «  des seconds couteaux  » ou «  des inconnus, des oubliés, des dédaignés, des abandonnés sur le bord des chemins si empruntés et si encombrés de l’histoire littéraire  ». De Marc-Antoine Désaugiers le goguettier, Jean Grand, Charles Moncet, Joseph de Pesquidoux, Horace-Napoléon Raisson, Jean Richepin, Marcel Rouff, auteur du plus grand roman gastronomique, Maurice Rollinat, Laurent Tailhade, Baronian suit ici ses affinités littéraires, manifestant un goût prononcé pour les marges et les petits maîtres du 19e siècle. Et parmi les écrivains célèbres, quelle ne fut pas notre surprise de découvrir un auteur comme Murakami. Baronian s’appuie aussi sur ses connaissances de la littérature policière et épingle les goûts culinaires ou pour la dive bouteille de quelques Américains. On s’en voudrait de ne pas mentionner, en se limitant à leur nom qui est déjà tout un programme, les deux premiers culinographes français, Joseph de Berchoux et Charles Louis Cadet de Gassicourt ! Plus proche de nous, on croisera le médiatique Jean-Pierre Coffe. Carnet et les Instants oblige, nous mentionnerons nos compatriotes. Baronian évoque ainsi Jean Claude Bologne, romancier et auteur de multiples essais, dont une Histoire des cafés et des cafetiers , Louis Delattre, qui fut membre de notre Académie et signa des livres comme L’art de manger , Marie Delcourt, à qui l’on doit une Méthode de cuisine à l’usage des personnes intelligentes , Christopher Gérard, gourmet piéton dans Aux Armes de Bruxelles , Robert Goffin et ses Routes de la gourmandise , le secrétaire perpétuel de l’ARLLFB et poète Yves Namur et ses expériences gustatives réelles poétisées dans La petite cuisine bleue agrémentée de tout un jeu de métaphores autour de plats divers, Maurice des Ombiaux, le plus sensuel de tous les chantres du vin et des arts de la table selon notre chroniqueur, qu’il considère comme un des maîtres de l’histoire moderne de la gastronomie et qui failli être prince des gastronomes en France, la plume regrettée de Jean-Claude Pirotte, dont Les contes bleus du vin restent «  des bijoux d’œnophilie sentimentale  », sans oublier son Expédition nocturne autour de ma cave , et enfin Simenon (incontournable sous la plume de Baronian) où l’on découvre un commissaire Maigret absorbant moult quantité d’alcools dont un étonnant mandarin-curaçao ou d’aussi étonnantes « imitations d’absinthe  », en apéritif à des plats traditionnels.Jean-Baptiste Baronian s’est fixé pour objectif de nous montrer que «  Le plaisir de manger et de boire passe par l’esprit et par l’imaginaire. Et aussi par les mots. La magie des mots.  » Son pari est amplement réussi. On s’en voudrait de conclure sans mentionner l’illustratrice, Gabrielle Lavoir , aka Lulu d’Ardis, autrice du blog Mondanités et fumisteries publié par LeMonde.fr, qui apporte une touche très 19e à l’ouvrage à travers ses caricatures d’écrivains qui ne manquent pas de sel comme le montre déjà la couverture. Michel Torrekens Plus d’information On mange et on boit, parfois beaucoup, dans les romans, mais surtout, la façon dont les personnages s’y restaurent n’est en rien le fruit du hasard. Dans un livre à l’érudition réjouissante, Jean-Baptiste Baronian nous invite à nous mettre à table avec les héros de nos auteurs préférés et à en  découvrir bien d’autres. L’occasion d’apprécier différemment les classiques des géants des lettres comme les œuvres savoureuses d’écrivains parfois oubliés, le tout sous la forme commode d’un dictionnaire qui fait résonner l’histoire de la littérature avec celle de la gastronomie. [embed]https://storage.googleapis.com/cantookhub-media-eden/32/2954fb4fe8b367773ecdb888c31a704d5db245.pdf[/embed]…