Dictionnaire de l'effusion



À PROPOS DE L'AUTEUR
Jean-Luc Geoffroy
Auteur de Dictionnaire de l'effusion
Perpétuel boute-en-train, homme à tout faire, homme orchestre, homme de main, homme de lettres et homme de cœur, Jean-Luc Geoffroy est un des piliers du Service du Livre luxembourgeois. Sans compter sa peine, depuis près de vingt ans on le rencontre à tous les rendez-vous importants pour la diffusion des livres, partout en Belgique, en Europe et même au Québec... Sans relâche, par train, par camion, par voiture et par avion, il s'emploie à faire connaître hors de nos frontières la littérature de la Communauté française de Belgique. Cet accaparement de tous les instants fait peut-être oublier que Jean-Luc Geoffroy compte aussi une solide activité littéraire personnelle : poésie et surtout nouvelles. Par un étrange paradoxe, d'ailleurs, très en contraste avec l'homme, cette production s'avère rarement optimiste et se range plus volontiers sous le signe d'une certaine gravité. Plongée dans un état de veilleuse pendant quelques années, l'écriture de Jean-Luc Geoffroy a connu ces derniers temps un important regain de vigueur avec des collaborations à différentes revues et surtout la publication de deux recueils de nouvelles. Né à Pétange (Grand-Duché de Luxembourg) le 21 juin 1953, mais issu d'une famille virtonnaise, Jean-Luc Geoffroy est un Gaumais pure souche. C'est à Virton qu'il passa son enfance et fit ses humanités à l'Athénée Royal avec, notamment, Georges Bouillon et Claude Raucy comme professeurs. Attiré par la littérature et par la musique, il suivit pendant quelques temps les cours du Conservatoire de Luxembourg. Passionné par le théâtre, il joua dans la troupe Les Compagnons d'Athéna dirigée par Claude Raucy. Pendant plusieurs années, véritable homme orchestre tour à tour chanteur, comédien et musicien, il anima les Cabarets gaumais présentés en Gaume et à Bruxelles. Il fut également l'un des premiers rédacteurs de la revue gaumaise Le Gletton. Après des études de traducteur en anglais et espagnol à Bruxelles, Jean-Luc Geoffroy est, depuis 1978, responsable du Service du Livre luxembourgeois et de la Communauté française. Ce service édite les Dossiers L et présente les œuvres des auteurs de la Belle Province un peu partout, lors de foires du livre en Belgique (Namur, Redu, Chassepierre, Bellefontaine, Bruxelles) et à l'étranger de Luxembourg à Metz en passant par le lointain Outaouais québécois, la Suisse ou encore le Val d'Aoste. L'année 2004 sera celle où il se voit attribuer le Godefroid de la Culture, qui récompense chaque année une personnalité du monde culturel pour son rôle dans la province luxembourgeoise. Avec Savina de Jamblinne et quelques personnalités, il aide, en 2008-2009, à la création d'une émission littéraire sur la chaîne locale TV LUX. Cette émission (Livre-toi)connaîtra une évolution en trois phases et est actuellement animée par Jean-Pierre PIRSON. Jean-Luc GEOFFROY, pour pérenniser ces émissions, les produit en mini-DVDs, surtout à destination de l'enseignement, mais aussi du grand public. Il est nommé Directeur du Service du Livre (qu'il dirige en fait depuis 1978) en 2010. Il est admis à la retraite en 2014. Retour aux sources : il s'intéresse de très près au patois gaumais, celui de sa région natale... et en 2015, il prépare pour l'automne un seul en scène : La Gaume? Un monde! et, aux éditions Tintenfass (Allemagne), une version gaumaise du Petit Prince, d'Antoine de Saint-Exupéry. Le 11 octobre 2015, il reçoit des mains de Jean-Marie Fox, Président du Cercle Royal Gaumais de Bruxelles, le Grand Prix de Gaume (biennal).En janvier 2017, lance sa revue Vès l'compernez co? consacrée au dialecte gaumais. 48 pages de textes en gaumais (avec leur traduction en français) et un mini-CD avec des enregistrements du passé et actuels, en gaumais évidemment...Pour en savoir davantage :http://www.frego-et-folio.be/(Frego et Folio)
Anita DROHÉ
Auteur de Dictionnaire de l'effusion
Née à Virton le 30 juin 1949, Anita Drohé a été bercée, dans sa plus tendre enfance, aux accents du Chant des partisans, des coups de gueule de Marguerite Brouhon - sa voisine - et des frasques de Nestor Outer énoncées à voix feutrées. De là sans doute sa passion pour les chats, sa curiosité pour le monde des arts et son rêve de voyages. L'ailleurs autorise à l'extase de la découverte et des retrouvailles : elle a arrêté ses lieux de méditation sur les Zattere du Dorsoduro ou dans les jardins de Suzhou.Elle a découvert le monde des livres au cours de ses humanités gréco-latines à l'Athénée Royal de Virton où elle enseigne depuis 1975.Elle a collaboré aux revues La Dryade et le Gletton dont elle fut co-fondatrice. Ses poèmes primés au tournoi de poésie «Liège des jeunes poètes» ont été publiés dans l'anthologie Poètes français du Luxembourg belge (R. Brucher, Ed. de l'Académie luxembourgeoise, 1978). Elle publie L'effusion ou les impossibles amours de Virton et Saint-Mard, puis Le dictionnaire de l'effusion avec les compères Claude Bossicart, Jean-Luc Geoffroy et Claude Raucy. Lorsque la plume la démange, elle accouche d'un pamphlet, rédige un vibrant hommage, compose un texte utilitaire. Car son statut de femme au travail ne l'autorise pas à disposer du temps suffisant pour une production plus abondante.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Dictionnaire de l'effusion"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9298 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Dictionnaire des sports (T. 5)

Dictionnaires encyclopédiques de la philatélie belge (1849-2001).Tout philatéliste pourra…

Dictionnaire des belgicismes

2000 belgicismes pour mieux connaître la Belgique d'aujourd'hui,…

Tours & Détours. Les plus belles expressions du français de Belgique

« Vous êtes en rac » avec un cadeau ?  Pas de problème, Michel Francard vient à votre secours. Ça ne va pas vous « coûter un pont », et ce n’est pas comme si vous alliez « acheter un chat dans un sac » !!Faut-il présenter l’auteur ?  Michel Francard est linguiste et lexicographe, professeur à l’Université Catholique de Louvain et auteur de plusieurs ouvrages, toujours intéressants, parfois assez techniques, souvent utiles – comme le Dictionnaire des belgicismes , dont un mien ami, Français de naissance mais professionnellement plongé dans le « pot belge » fait grand cas et grand usage. Le présent ouvrage est, pour sa part, très amusant, autant par la thématique abordée que par le style alerte de l’auteur et les illustrations qui ponctuent les différents articles.  Le lecteur, indigène, autochtone ou étranger, y découvrira un florilège des expressions qui font le sel du « parler belge » avec, pour chacune d’entre elles, une information historique (par exemple une attestation chez Boileau ou dans le Littré… ou chez Thomas Gunzig)  ainsi qu’une « explication de texte » rédigée avec humour et virtuosité.  On n’est plus là dans « la chasse aux belgicismes » des années normatives et du complexe d’infériorité par rapport à la norme incarnée par le « beau » français mais bien dans la redécouverte amusée et la réappropriation des spécificités linguistiques de chez nous, qui sont parfois liées au latin, venu à pied du fond des âges, suivant la belle formule de Julos Beaucarne.J’aurais bien envie de vous dire que « je ne vais pas la faire longue », comme l’écrivait Madame de Sévigné dans une lettre du 3 avril 1671 qu’elle adressait à sa fille (non, je ne le savais pas avant d’avoir lu Tours et Détours ), mais il faut quand même que je vous dise encore que la préface de Patrick Adam est très belle et poétique, que la postface vous donnera l’envie de relire le livre, dans le désordre ou dans l’ordre qu’il vous plaira avec l’aide de l’index des expressions.On n’y trouve pas le – devenu – mythique « Je vous dirai quoi » dont j’ignorais absolument qu’il ne fût pas universel, dans les limites de la francophonie évidemment, avant d’avoir vu le film  Bienvenue chez les Ch’tis et le pataquès provoqué par cette expression qui dit pourtant bien ce qu’elle veut dire.En tout cas, n’hésitez pas à faire le tour de ces Tours et Détours.  Un livre à offrir, à vous offrir, à vous faire offrir. Marguerite Roman Baraquîs de kermesse, s'abstenir!C'est du sérieux... mais sans prise de tête.De nombreuses expressions typiques émaillent la parlure des francophones de Belgique. Ces bons vivants pour qui tirer son plan est un réflexe inné, ces pragmatiques qui détestent rester en rac , ces humoristes qui se plaisent à jouer avec les pieds de quelqu'un ont le souci constant de ne pas attraper le gros cou et de conserver…