Décomposition


RÉSUMÉ

Ce printemps-là, il se passe des choses étranges : les mauvaises herbes se répandent dans les rues, la mousse s’immisce dans les jointures, les champignons quittent leurs sous-bois…
Bientôt, les premiers murs s’effondrent.
Silvio assiste, impuissant, à la dissolution de sa ville, de sa famille et de ses liens avec les autres. Alors que sa sœur s’efforce de reconstruire, il tente de comprendre ce qui les attend. Si les immeubles s’écroulent en même temps que les esprits, que restera-t-il à sauver ?
Comment accepter de perdre un monde pour en construire un nouveau ?

Un conte à la fois tragique et merveilleux, subtil constat de la déliquescence d’un univers familier, sur fond de révolution environnementale.


DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)

PRIX
  Prix littéraire Laure Nobels 2021

À PROPOS DE L'AUTEUR
Clarisse Derruine
Auteur de Décomposition
Clarisse Derruine est ingénieure architecte. Sa formation l’a amenée à découvrir le parallèle surprenant qui existe entre un projet de bâtisseuse et la fiction littéraire : « Écrire une maison, c’est construire une histoire ».


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Karoo

Décomposition (Ker Editions, mai 2021) est un titre qui évoque directement la mort. Pourtant, dans son roman, Clarisse Derruine, lauréate du prix Laure Nobels 2020-2021, nous transmet une histoire pleine de vie nouvelle dans un décor un peu trop vert.


Cette éco-fiction aux allures de dystopie nous confronte à une réalité peu souvent envisagée. Si, la plupart du temps, les récits évoquant une nature qui se rebelle face à l’humain s’emparent du thème de la sécheresse, ici il n’en est rien. En effet, ce sont plutôt les dimensions de chaleur et d’humidité qui poussent ces champignons à prendre le dessus sur les villes faites de béton. 


Le Carnet et les Instants

Dans Décomposition, Clarisse Derruine nous donne à lire une dystopie qui se déroule dans une ville fictive et s’étend sur plus d’une dizaine d’années. Le monde tel que nous le connaissons est atteint par un mal singulier : une colonie de champignons envahit le pays et s’infiltre partout dans les lieux publics, mais aussi les foyers.Nous découvrons les dégâts de ce « sinistre végétal » à travers le regard de Silvio, qui a huit ans au début du récit. Passionné de botanique, il observe la déliquescence d’un univers familier avec sa sœur et ses amis. Chaque jour offre son lot de découvertes : fermeture des frontières, effondrement des immeubles, arrêt des télécommunications, délitement du lien,…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:ville nature champignons monde roman homme décomposition - "Décomposition"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L’avènement des barbares (volume 2) : Le pressoir du monde

Après Arles, théâtre de L’or, la paille, le feu , premier volume de L’avènement des barbares , la saga historique de Charles Senard , le tome 2, Le pressoir du monde , nous emmène, en cette même année 475 de notre ère, à Paris, à cette époque modeste ville de garnison.C’est là que doit être conclu, dans quelques jours (le livre les enchaîne en quatre chapitres, du vendredi au lundi, où la tension monte), un traité de paix crucial entre deux rois ennemis, Childéric le Franc et Syagrius le Romain. À l’initiative de Geneviève, sainte femme qui dirige la curie et la cité de Paris, et veut ardemment préserver la paix. Geneviève a invité l’abbé de Condat à servir de garant. Lupicin, figure haute en couleurs de L’or, la paille, le feu, se rend donc à Paris, accompagné de Vercel, le jeune orfèvre arlésien avec lequel il s’est lié d’amitié, et de Nantilde, nièce de Geneviève, dont la beauté cache la vie spirituelle intense.Arrive simultanément à Paris Aurélien, aristocrate arlésien, pétri d’ambition plus que de principes, garant lui aussi du traité, fin lettré à qui Syagrius a demandé de composer un poème célébrant l’événement. Aurélien, le cœur «  enténébré  » par la mort de son irremplaçable ami Martin.Ainsi s’ouvre Le pressoir du monde . Titre intrigant, qui fait écho à un rêve de Vercel, admirant le dispositif ingénieux d’un pressoir à huile d’olives qu’il visitait, adolescent, avec sa mère.Les pourparlers s’engagent difficilement. Le traité suscite d’âpres débats. Ravive d’anciens drames. Réveille blessures, rancunes, amertumes.Une tentative d’empoisonnement de Childéric, dans le sillage d’un banquet, rappelle cruellement la mort, dix ans plus tôt, du général romain Egidius, père de Syagrius, victime d’empoisonnement dans les mêmes circonstances.L’atmosphère s’alourdit de soupçons. Les conflits se font parfois violents, au grand dam de l’abbé Lupicin, qui médite sombrement au soir d’une journée éprouvante : «  Comme les hommes peuvent montrer de méchanceté les uns envers les autres, ignorant qu’ils souffrent plus de la haine qui les anime contre un ennemi que de cet ennemi lui-même !  »Le traité sera-t-il signé ? La paix, sauvée ?On voudrait y croire.Avec Geneviève, Vercel et Lupicin. Francine…

Les grains noirs de l'ivraie

Mais qui l'avait muté dans ce département, antichambre de la retraite où s'entremêlait…

Le silence

Un texte posthume comme un ultime inventaire évoquant notamment la mort imminente et l'amour…