De l’obscurité comme censure. Proust, Muhlfeld, Mallarmé



À PROPOS DE L'AUTEUR
Pascal Durand
Auteur de De l’obscurité comme censure. Proust, Muhlfeld, Mallarmé
Pascal Durand est professeur à l’Université de Liège, où il dirige le Centre d’Étude du Livre Contemporain. En juillet 2001, il a co-dirigé le colloque international de Cerisy-la-Salle sur Pierre Bourdieu. Spécialiste de la poésie moderne et de Mallarmé, auquel il a consacré plusieurs ouvrages, il a publié aussi Médias et Censure(éd. de l’Université de Liège, 2004),Naissance de l’éditeur(avec A.Glinoer, Les Impressions Nouvelles, 2005) et L’Art d’être Hugo, lecture d’une poésie siècle (Actes Sud, coll. « Un endroit où aller », 2005). Avec Sarah Sindaco, il a co-dirigé Le Discours néoréactionnaire (éd. du CNRS, 2015). Avec Jacques Dubois et Yves Winkin, il a publié le volume collectif Le symbolique et le social : la réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu (Presses universitaires de Liège, 2015). La Modernité romantique, de Lamartine à Nerval, qu’il a signé avec Jean-Pierre Bertrand aux Impressions Nouvelles, constitue le premier volet d’un diptyque consacré à l’histoire sociale des formes poétiques au XIXe siècle, dont le deuxième volet est paru simultanément aux éditions du Seuil (Les Poètes de la Modernité, de Baudelaire à Apollinaire, coll. « Points Lettres », 2006)

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "De l’obscurité comme censure. Proust, Muhlfeld, Mallarmé"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Ni pardon, ni talion : la question de l'impunité dans les crimes contre l'humanité

Une analyse critique de la justice en matière de crime contre l'humanité. Selon l'auteur, à la fois nécessaires et insuffisantes, les institutions judiciaires ne peuvent être que le point de départ d'une lutte plus vaste contre la barbarie universelle, fondée sur un consensus sur le droit de l'être humain, une éducation…

Sokott la bête

Dans un village dévasté par la guerre et dont les uniques survivantes sont des femmes, un sacrifice se prépare.…